Partagez | 
 

 Un p'tit nouveau =)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Manuel Valens

avatar

Messages : 199
Date d'inscription : 21/12/2009

Dossier du cavalier
Âge: 24 ans
Ton pouvoir: Prémonitions
Contrôle du pouvoir:
25/100  (25/100)

MessageSujet: Un p'tit nouveau =)   Mar 22 Déc - 2:32

Ton personnage
" Welcome at home "
Personnage inspiré de l’œuvre de Daniel Danis Le chant du Dire-Dire
    ¤ Nom : Valens
    ¤ Prénom(s) : Manuel
    ¤ Âge: 24 ans
    ¤ Profession : Comédien itinérant
    ¤ Date & Lieu de naissance : 26 avril 1986, Odessa, Ukraine.

    ¤ Histoire:
    Un petit garçon était couché dans son lit. Il était une heure et demi du matin, l’obscurité était quasi-totale. Seuls quelques rayons de lune transperçaient les rideaux fermés. Manuel était recroquevillé sous sa couverture, pendant que ses draps se mouillaient petit à petit. Il tremblait, non de froid mais de peur, il savait que bientôt, un monstre pénétrerait dans sa chambre. Chaque nuit il l’attendait, parfois il venait, parfois non, mais à chaque fois il espérait que ce n’était pas pour ce soir, pas encore. La porte d’entrée de l’appartement s’ouvrit, puis se referma délicatement, il ne fallait pas que maman se réveille. Le garçon sursauta, et écouta attentivement les pas lourds et étouffés. Ils approchaient inexorablement de la chambre, et plus les bruits de pas se rapprochaient, plus le visage de Manuel se crispait. Finalement, la porte de la chambre s’ouvrit, et l’enfant sût que c’était pour ce soir. Le visage de papa était rouge, le monstre était revenu l’habiter. Il souriait doucement comme tous les soirs, lui susurrant des mots doux censés le réconforter. Puis, toujours avec la même douceur mielleuse, le monstre commettait son crime. Lorsqu’il se releva et qu’il borda le garçon avant de s’en aller sans bruit, Manuel commença à pleurer silencieusement. Quelques taches écarlates se mélangeaient aux draps blancs déjà mouillés. A deux heures et demi du matin, l’enfant s’endormit. Demain matin, ce sera papa qui s’occupera de la lessive des draps, et maman l’embrassera pour le remercier de l’aider dans ses taches ménagères.

    Manuel était un petit garçon plein de ressources. Excessivement intelligent, il était aussi très malin et trouvait toujours le moyen de faire tourner en bourrique sa maîtresse. Cependant il ne parlait pas. Les médecins affirmaient qu’il entendait et comprenait parfaitement ce qu’on lui disait. Ses parents disaient qu’il parlait lorsqu’il était plus petit. Un psychologue de l’école s’intéressa à son cas, et les choses allèrent très vite. Le juge des enfants retira l’enfant de ses géniteurs et il fut placé dans une famille d’accueil, dans une petite ville ukrainienne perdue au milieu des bois. Déjà deux garçons et une fille s’y trouvaient, tous les trois adoptés de familles différentes. Trois enfants qui ne parlaient pas. Le plus vieux, Rock, avait dix ans, Manu en avait huit, le plus jeune nommé William six et demi, et la fille, Noéma, avait six ans. Manuel trouva relativement rapidement sa place au sein de sa nouvelle famille, il y découvrit une société d’amour qui le berçait avec beaucoup d’attention. Il ne tarda pas à être adopté à son tour, devenant le cadet d’une fratrie de quatre enfants.

    Les nouveaux parents du garçon étaient préoccupés par le fait que leurs enfants ne parlaient pas. Le père eut l’idée de fabriquer une corne de cuivre, le Dire-Dire, dans lequel parler rapportait quelques pièces. Ce nouveau jeu fonctionna très bien auprès des jeunes, et peu à peu les langues se délièrent, laissant place à des enfants pleins d’enthousiasme et de joie de vivre. La société d’amour était enviée par beaucoup. Le jour de l’anniversaire de Manu, la famille était réunie à la maison, fêtant les neuf ans du jeune garçon. Leur mère découpait le gâteau lorsque ses mains firent jaillir un éclair immense. La boule d’énergie s’amplifia entre ses mains et traversa la maison, avant de revenir dans le salon et de frapper chaque habitant de la pièce. Le père fut tué sur le coup ainsi que la mère, victime de sa propre énergie. Noéma s’éleva dans les airs et ses cheveux virèrent au rouge, tandis qu’elle commençait à chanter d’une voix divine. Rock perdit ses cheveux et se mit à jouer du violon, accompagnant la voix de sa jeune sœur comme dans une sorte de transe. Les cheveux de Manuel devinrent longs et il saisit une guitare et joua à son tour, accompagnant la symphonie magnifique et funeste qui s’élevait dans la pièce. Enfin, William, dont les cheveux devenaient frisés, se mit à danser, ses pieds bougeaient d’eux-même au cœur de la musique qui envahissait la maison.

    Le monde des adultes voulait envoyer la fratrie dans un foyer d’accueil. De peur d’être séparés, les frères refusèrent et restèrent dans leur maison perdue au milieu des bois. Ils avaient passé un accord avec la municipalité, et Rock devint le responsable légal de ses trois frères et sœurs. Tous les quatre, ils reconstituèrent leur société d’amour, vivant les uns avec les autres, allant à l’école, faisant leurs courses, tous aidés de la municipalité. Lorsqu’ils grandirent, Noéma partit à Kiev pour chanter, et les trois frères se perfectionnèrent dans leur art. Leur sœur revint un an plus tard, muette et paralysée. Rock décida de l’envoyer à l’hôpital pour des tests, la rouquine avait un caillot de sang au cerveau. Manu, qui supportait de moins en moins l’autorité de son frère aîné, refusa que sa sœur se fasse opérer. Les risques étaient trop grands, et il n’avait aucune confiance en la médecine… Ils s’occupèrent d’elle chaque jour, croyant au pouvoir de l’amour, persuadés qu’ils la guériraient ainsi. Peu à peu, ils se renfermèrent sur leur monde et s’écartaient de la société. Mais les jours passèrent, et ils durent admettre que leur amour ne suffisait pas à guérir leur sœur… Une nuit, Noéma s’alluma, telle une luciole dans la nuit, sa peau se fit lumineuse et éclairait le jardin de la famille ainsi que le lac qui le bordait. Le bruit s’étendit dans toute la municipalité. Un jour, Manu eut une idée : il proposa aux municipiens de venir voir leur sœur, et de lui dire des choses gentilles. Cet apport d’amour sera plus grand et pourra mieux venir en aide à Noéma… toute la municipalité se trouvait dans la maison de la fratrie ce soir là. Tous attendaient que la rouquine s’allume… ils envahirent la maison à la recherche d’objets de valeur. L’avis général était que les frères étaient devenus fous et qu’ils n’en auraient plus besoin. Manu se battait pour conserver le Dire-Dire, et plus les municipiens avançaient, plus les frères, leur sœur dans les bras, reculaient vers le bois et le lac… La nuit était noire et sans lune lorsque Noéma s’alluma. Sa voix s’éleva, elle sortait de son mutisme pour la première fois depuis son retour, et son chant magnifique enveloppa la ville entière. Rock leva les bras vers le ciel et la pluie se mit à tomber drue sur la maison et sur la fratrie. William s’approchait du lac et une trombe d’eau en sortit pour engloutir les trois frère et leur sœur. Manu tenait toujours le Dire-Dire entre ses mains, et au son du chant merveilleux de sa sœur, il vit ses deux frères se noyer dans l’eau du lac, Noéma mêlant son sang à l’eau du lac. Les municipiens fuirent et les deux frères s’éteignirent doucement avec leur sœur, submergés par la société, noyés dans leur autarcie.

    Manuel était persuadé d’avoir survécu grâce au Dire-Dire. Il avait compris que l’accident nucléaire était à l’origine des pouvoirs qu’avaient eu sa mère, sa sœur et ses deux frères, et il pensait que son père avait lui aussi eu un pouvoir, qui lui avait permis de fabriquer un objet magique. Il avait dix-sept ans et les épreuves traversées lui avait fait prendre conscience de beaucoup de choses. Il continuait à jouer de la guitare en marge de la société et commença à voyager à travers le pays, puis hors des frontières, se rapprochant de l’Europe de l’ouest. Il vivait de l’argent que les passants lui cédaient en écoutant sa musique, son don incontestable pour la guitare. Un jour, alors qu’il jouait avec tout son cœur, sa musique le submergea. Il était comme possédé par celle-ci et son esprit quitta son corps quelques instants. En un éclair, il vit un cracheur de feu, un jongleur et un clown. Le lendemain, il fut repéré en France par une compagnie de cirque itinérante alors qu’il jouait dans sa sorte de transe habituelle. Le jeune homme fut sensible à l’art de ces gens et les suivit à travers le pays, développant une sensibilité et un humour sur scène peu communs. Pourtant, il demeurait rongé de l’intérieur par son passé et n’arrivait pas à tourner cette page de sa vie. Cette période fut douloureuse mais il découvrit aussi les arts du cirque avec beaucoup d’intérêt, dont le travail d’un dresseur qui faisait des merveilles avec ses animaux, fauves et chevaux. Il devint passionné par le travail avec les chevaux qu’il voyait et apprenait très vite auprès de ce professionnel. Il développa un numéro de cirque époustouflant, où il mêlait humour clownesque à la guitare et au cheval. Il devint ainsi très proche d’une petite pouliche blanche, vedette du cirque. Cependant, le dresseur de la compagnie décéda des suites d’un accident survenu avec un fauve, et il incomba à Manuel de reprendre cette fonction, étant celui qui, après le dresseur, en savait le plus. Ses connaissances étaient grandes en matière de chevaux mais il ne s’était jamais préoccupé des fauves. Les lions furent donc vendus à bon prix, et Manu se donnait corps et âme dans la réalisation d’un nouveau numéro avec la pouliche blanche. Il tomba amoureux de ce petit animal qu’il nomma Malaya, qui savait apaiser ses souffrances intérieures et avec qui il se sentait plus humain et existant. Il s’évadait aussi grâce à sa musique, sentir son âme flotter par-delà son corps lui procurait toujours un réconfort, un bien-être. Il avait parfois des visions, qui le déroutaient à chaque fois. C’était un homme très sensible et fragile, facilement déstabilisé par ce qu’il pouvait voir. Ce pouvait être des choses bénignes de la vie courante, comme des choses graves qu’on voyait à la télévision. Ca le blessait un peu plus chaque jour, de voir que des gens mourraient mais que lui le savait, et qu’il aurait pu faire quelque chose… Pourtant, jamais il n’essaya de changer le cour des choses. Il n’était réellement apaisé qu’auprès de Malaya.

    Il vécut en tant que saltimbanque pendant trois ans, mais finit par se lasser de l’humour clownesque, de la vie en caravane, de la comédie douteuse. Pourtant, son nouveau numéro avec Malaya et sa guitare avait rendu le cirque connu en France, et ce numéro avait même été diffusé à la télévision une fois. Mais il avait fini par mûrir et petit à petit, il aspirait à une plus grande attache au monde. Ce désir muait très progressivement, car il avait été trop longtemps en marge de ce monde là. Une opportunité rêvée se dressa devant lui lorsqu’après une représentation, une metteuse en scène lui proposa une place dans sa compagnie de théâtre, impressionnée par ses talents artistiques et sa technique. Il sauta sur l’occasion pour quitter l’univers du cirque, mais gardait de bon rapport avec la troupe. Ainsi, on lui céda Malaya, car chacun s’accordait à dire que cette jeune jument ne ferait rien sans son dresseur attitré. En échange, Manuel continua de promouvoir le cirque et la troupe faisait toujours recette. Le jeune homme de vingt ans renaquit à travers le théâtre. Il était extrêmement sensible à cet art, qui regroupait en même temps tous les autres : l’art du corps, de la parole, de la musique… ses talents lui servirent à se dévoiler et il donna toute son âme à ce travail, quitte à se détruire. Il entretenait une relation très étroite avec la metteuse en scène et les trois comédiens. Il toucha le bonheur du doigt sur scène, dans un spectacle auquel il participait avec un tel investissement que chacun définissait son travail comme « jouer sous peine de mort », ce qui était la devise de la troupe. Il se reconnut énormément dans ce travail et connut la paix intérieure. Cependant, lorsqu’il revenait dans la vie réelle, seules sa jument et sa musique lui permettaient de retrouver un semblant de paix entre ses visions. Il était marqué à jamais et rien ne pourrait jamais lui rendre un bonheur sans tache. Il aspirait seulement à se faire une vie la plus heureuse possible, ce qu’il faisait du mieux qu’il pouvait.

    Même si la compagnie de théâtre était moins mobile que son ancienne troupe de cirque, il continuait de voyager. Malaya le suivait partout et ne se lassait pas de se plier en quatre pour son dresseur. Jamais Manuel n’eut l’idée de la monter. Le succès du spectacle proposé par la compagnie du jeune homme était tel, il avait atteint des sommets en matière de sincérité et de sensibilité, qu’il fut connu un peu partout à travers la France. Il fut produit dans des théâtres d’une prestance certaine, et un jour, un très riche américain d’origine française demanda qu’on joue cette pièce chez lui, dans le cadre de son cinquantième anniversaire de mariage. Il proposait une belle somme et la compagnie n’hésita pas une seconde à se produire de l’autre côté de l’Atlantique. Le public fut agréable, et la metteuse en scène ainsi que les comédiens voulurent produire ce spectacle en anglais, dans ces contrées. L’apprentissage de la langue fut difficile pour Manuel, qui avait déjà eu des difficultés à son arrivée en France, mais la transposition en langue théâtrale le fut plus encore. Il avait de moins en moins de temps pour s’occuper de sa jument, et, ne voulant pas la délaisser, choisit de la placer dans un endroit où on la choierait. La compagnie était en répétition à Laramie et Manu choisit le Wild Fire’s Ranch, où les soins donnés aux chevaux lui semblaient sérieux. Il se donna corps et âme dans ce spectacle adapté et finalement, la production de cette pièce fut un succès dans les contrées ouest-américaines. L’incendie au ranch eut lieu le soir même de la dernière représentation du spectacle, et Manuel ne l’apprit pas tout de suite. Il ne le sut que le lendemain, et apprenant que sa jument allait bien, il en était rassuré. Il restait seulement insurgé contre le directeur qui avait provoqué un sinistre aussi grave, mais on ne savait comment. La compagnie de théâtre s’accorda un temps de répit, et produit quelques spectacles plus légers et moins profonds, qui demandaient moins de ressources chez les comédiens. Manuel trouva le temps de s’occuper plus longtemps de Malaya, mais recommença aussi à souffrir de ses visions… jusqu’à ce qu’il apprenne qu’il n’était pas le seul dans ce cas au ranch. Il continua à s’adonner au théâtre, qui avait refait sa vie, mais se consacra également au ranch, et à la maîtrise de son pouvoir avec l’aide de sa jument et du personnel, tant qu’on ne lui parlait pas du directeur totalement irresponsable.


Dernière édition par Manuel Valens le Mer 23 Déc - 22:37, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Manuel Valens

avatar

Messages : 199
Date d'inscription : 21/12/2009

Dossier du cavalier
Âge: 24 ans
Ton pouvoir: Prémonitions
Contrôle du pouvoir:
25/100  (25/100)

MessageSujet: Re: Un p'tit nouveau =)   Mar 22 Déc - 2:33

    ¤ Caractère :
    Manuel est un homme ayant toujours été fragile psychologiquement et les épreuves endurées ne l’ont pas aidé. Pourtant, il s’est apaisé grâce à son art de la musique et du théâtre, ce qui a fait de lui un homme extrêmement sensible. Par conséquent, il est aussi très à l’écoute des autres, touché par leur histoire. Il en découle une certaine générosité, parfois teintée de naïveté mesurée. Cependant, il ne laisse pas toujours berner et a une intelligence et une vivacité d’esprit bien présentes. Il a un esprit critique bien développé et n’hésite pas à se faire sa propre opinion du monde qui l’entoure, comme pour le directeur qu’il méprise cordialement. Avec les autres il est généralement assez timide, séquelle de son enfance retirée du monde, même s’il s’est amélioré grâce au théâtre. Il est très ouvert aux différences entre les hommes, et ne demande qu’à découvrir. Il est relativement curieux et s’intéresse à tout. Cependant, sa sensibilité extrême peut faire de lui un homme impulsif et parfois facilement violent, surtout au niveau verbal. Mais cela aussi, il a réussi à le canaliser grâce à son travail. Il est en revanche plutôt possessif, envers ses amis ce qui le rend protecteur, et aussi envers sa jument. Il a besoin de relations affectives autour de lui et même si ses collègues restent les personnes qui lui sont les plus proches, il aspire à l’amour véritable avec une femme, c’est d’ailleurs la seule chose à laquelle il aspire qu’il n’a pas encore réussi dans sa vie. Il est cependant sûr de lui et de ce qu’il entreprend, et fait preuve d’une volonté à toute épreuve lorsque quelque chose lui tient à cœur. C’est ainsi qu’il a pu atteindre ses objectifs dans son travail. Il se révolte aussi facilement contre les gens sans morale et sans éthique, particulièrement contre des gens mal-intentionnés. Pour cela, il a une sensibilité qui lui permet de découvrir facilement les faces cachés des individus dangereux de ce monde, et étant lui-même comédien, il ne se laisse pas facilement berné par les beaux talents d’acteur des gens. Etant un homme des plus sincères, il accepte mal l’hypocrisie chez les autres et s’insurge assez rapidement contre les individus de ce genre. Par ailleurs, lorsqu’il se sent intégré dans un groupe de personnes comme au ranch, il se sent bien et se montre d’humeur gaie et rieuse, où seule une vision peut l’ébranler. De plus, sa sensibilité a beau être extrême, il la voile souvent aux yeux des autres pour ne pas se brûler les ailes et se met à nu seulement dans des situations bien précises : lorsqu’il est avec Malaya, lorsqu’il joue de la guitare ou quand il est sur scène.


    ¤ Physique :
    Manuel est un homme de taille moyenne, qui a toujours été relativement maigre. Cependant, le théâtre étant aussi le travail du corps, il a été contraint de se muscler pour pouvoir jouer certaines scènes. Il en découle un corps joliment musclé mais qu’il met bien peu en valeur. Son teint est très pâle, caractéristique des gens d’Europe de l’est, de même que son accent encore présent bien que peu prononcé. Malgré sa timidité il se tient toujours droit, prêt à aller droit au but. Son visage est très expressif, surtout son regard d’un vert émeraude qui soutient les yeux les plus assassins. Ses cheveux mi-longs encadrent son visage de manière souvent assez indisciplinée, ce qui lui confère en revanche un certain charme. Depuis son arrivée aux USA, il s’est découvert une sublime tête à chapeau et apprécie beaucoup d’en porter à présent. A part cet aspect, ses vêtements sont le plus souvent assez simples, entre jeans et t-shirts, qu’il agrémente parfois d’une veste en peau de vache : il a très vite apprécié le style des ranchers américains.


    ¤ Pouvoir :
    Manuel a le pouvoir de voir l’avenir. Jusqu’ici, il le maîtrise partiellement car il sait que ces visions ne surviennent que lorsqu’il joue de la guitare. De plus, elles ne surviennent que lorsqu’il s’évade totalement, ce qui lui arrive fréquemment lorsqu’il joue, mais il maîtrise aisément cette évasion. Il ne maîtrise donc pas réellement son pouvoir, mais plutôt le cadre dans lequel il se manifeste. Il a pourtant un soucis majeur, car il aimerait faire cesser ces visions, mais il est incapable de se passer de sa guitare. Il a donc tout un travail à faire, sur l’acceptation même de son pouvoir qui pour l’instant le fait encore souffrir. Le but est, à terme, de pouvoir changer les choses avant qu’elles n’arrivent, mais c’est encore un but très lointain !



Ton cheval
"It's your life, you love it"


    ¤ Nom : Malaya
    ¤ Description de son caractère :
    C’est une jument très douce et calme, avec n’importe qui. Elle a une bonne volonté à toute épreuve et son but est toujours de faire plaisir. Elle est donc très attentive aux demandes qu’on lui fait et très soucieuse de bien faire. Sa douceur et sa gentillesse sont appréciées de beaucoup, et ajoutées à une grande curiosité, elle fait partie des chevaux qui apprennent très vite. Elle a toujours gardé un goût et un intérêt marqué pour les nouvelles choses, ce qui la rend intelligente et réfléchie. Ainsi, elle ne réagit pas beaucoup selon les instincts qui régissent la race équine mais selon l’analyse qu’elle fait du danger. Et elle a depuis longtemps compris que les hommes n’étaient pas un danger, mais qu’ils pouvaient au contraire être source de bonne chose. Toutes ces qualités suscitent beaucoup d’intérêt de la part des autres cavaliers…


    ¤ Description physique ou photographie :
    Spoiler:
     
    ¤ Relation entre toi et lui :
    Manuel a connu cette pouliche depuis son sevrage, et a appris en même temps qu’elle. Il a vite développé une relation très étroite avec elle, elle voit en elle son dominant et protecteur, mais aussi ami et source de réconfort et de bonnes choses. Elle comprend immédiatement ce qu’il désire et entre eux, la communication est tellement fine qu’invisible. Manu a d’ailleurs souvent l’impression que sa jument lit dans ses pensées, tant elle est intelligente. A cause de cela, tout le monde lui soumet l’idée de monter la jument, ce qui agace souvent le jeune homme. Mais cette dernière n’a jamais été montée et ce n’est pas le but de Manuel, qui a certes appris à monter à cheval du temps où il travaillait au cirque, mais qui ne veut pas imposer cela à sa jument. Il préfère jouir de la relation qu’ils entretiennent et de la confiance qu’ils ont mutuellement, plutôt que de s’amuser à monter sur son dos et à la faire marcher ou galoper en tous sens selon son bon vouloir.


    et enfin... toi !
    "Parce-que nous voulons te connaître !"



    ¤ Prénom/Surnom : Elgaaaa =D
    ¤ Âge : 16 ans
    ¤ Célébrité de ton avatar : Jackson Rathbone
    ¤ As-tu pris un poste vacant ? : Ben… non x)
    ¤ Comment as-tu trouvé ce forum ? : Trop naze quoi laisse tomber grave sa mère >.<
    ¤ Qu'est ce qui pourrait être amélioré ? : Heuuuuu….. A vous de me le dire =)
    ¤ Niveau de RP : Atchoum !
    ¤ Niveau de présence : 0+0 = la tête à toto
    ¤ Code règlement : VALIDE BY GRIFF


Dernière édition par Manuel Valens le Mar 22 Déc - 22:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ella S. Kane



Messages : 136
Date d'inscription : 07/11/2009
Age : 21

Dossier du cavalier
Âge: 24 ans.
Ton pouvoir: Electrokinésie.
Contrôle du pouvoir:
20/100  (20/100)

MessageSujet: Re: Un p'tit nouveau =)   Mar 22 Déc - 9:49

    Biienvenue ! =D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joshua Griffith



Messages : 1390
Date d'inscription : 19/12/2009

Dossier du cavalier
Âge: 25
Ton pouvoir:
Contrôle du pouvoir:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Un p'tit nouveau =)   Mar 22 Déc - 9:49


    Absolument divin ! Mes félicitations pour ce beau personnage et cette présentation joliment rédigée. J'adore l'atmosphère générale qui y est conférée.

    Mais sais-tu qu'il est interdit de se faire passer pour le staff ? Rolling Eyes Tu dois chercher le code, comme tout le monde. Mais je te rassure, tu le trouveras en deux secondes avec les touches Ctrl+F... c'est juste une question de principe. Je sais, ça n'est pas drôle comme feinte...

    Bienvenue donc à ce cher Manuel, j'ai hâte de rpgiser avec lui Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Manuel Valens

avatar

Messages : 199
Date d'inscription : 21/12/2009

Dossier du cavalier
Âge: 24 ans
Ton pouvoir: Prémonitions
Contrôle du pouvoir:
25/100  (25/100)

MessageSujet: Re: Un p'tit nouveau =)   Mar 22 Déc - 22:31

Hii merci =)) Quoi, j'imite pas assez bien Elena ? Je suis déçue là x')

Ah, je ne connaissais pas cette combinaison de touches x) Voilà pour le code... tu peux me valider stp ? =)) c'est cool de se faire passer pour le staff hein ? #SBAFF.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joshua Griffith



Messages : 1390
Date d'inscription : 19/12/2009

Dossier du cavalier
Âge: 25
Ton pouvoir:
Contrôle du pouvoir:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Un p'tit nouveau =)   Mar 22 Déc - 22:45


    Ca c'est mieux ! ;D

    Alors, un petite question : on te considère quand même comme cavalier... ou pas ? ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Manuel Valens

avatar

Messages : 199
Date d'inscription : 21/12/2009

Dossier du cavalier
Âge: 24 ans
Ton pouvoir: Prémonitions
Contrôle du pouvoir:
25/100  (25/100)

MessageSujet: Re: Un p'tit nouveau =)   Mer 23 Déc - 17:47

Heu, oui car même s'il ne monte pas sa jument, il peut toujours monter les chevaux du ranch Wink

_________________

© Tim Flach
Malaya


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joshua Griffith



Messages : 1390
Date d'inscription : 19/12/2009

Dossier du cavalier
Âge: 25
Ton pouvoir:
Contrôle du pouvoir:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Un p'tit nouveau =)   Mer 23 Déc - 17:50


    Okay !

    Je n'ai plus qu'à te souhaiter un bon amusement, et pense à faire recenser ton avatar ainsi que ton pouvoir (:

    Bon jeu !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Manuel Valens

avatar

Messages : 199
Date d'inscription : 21/12/2009

Dossier du cavalier
Âge: 24 ans
Ton pouvoir: Prémonitions
Contrôle du pouvoir:
25/100  (25/100)

MessageSujet: Re: Un p'tit nouveau =)   Mer 23 Déc - 18:22

Mercii =D

_________________

© Tim Flach
Malaya


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un p'tit nouveau =)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un p'tit nouveau =)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nouveau plafonnier
» Mon nouveau Vito F
» FCO du nouveau
» LE NOUVEAU RED SEA MAX 500
» Quelques questions d'un petit nouveau sur du sud americain

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Horse Dream RPG :: #_Le commencement :: 
Présentations
 :: Présentations validées :: Présentations du staff
-
Sauter vers: