Partagez | 
 

 nihil admirari

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Joshua Griffith



Messages : 1390
Date d'inscription : 19/12/2009

Dossier du cavalier
Âge: 25
Ton pouvoir:
Contrôle du pouvoir:
0/0  (0/0)

MessageSujet: nihil admirari   Lun 9 Aoû - 14:20




      ABBY « La semaine prochaine, on sera à Lewisham. Rohan veut faire la M avec Bart, je vais la faire aussi avec B. Tu viendras avec Léviathan ? »
      Josh ne répondait pas, pensif, et se contentait de reboucler sa ceinture en cuir. Il venait à peine de la mettre dans le passant que la belle brune s'empara furtivement de ses lèvres, enveloppant le gonion de ses mains douces et massant tendrement le muscle masséter de ses fins longs doigts agiles. Quand elle eut finit, elle le regarda profondément avec des yeux pétillants et prometteurs en attendant la réponse de son amant.
      JOSH « La semaine prochaine, je serai à 6-7 miles de là. »
      ABBY « Boulot ? »
      Il aquiesça silencieusement d'un petit mouvement de tête.
      ABBY « Ne me dis pas que tu es obligé de bosser un dimanche... t'as mieux que ça à faire... »
      JOSH « Je ne serai pas loin ; je passerai bien faire un tour. »
      À cette parole, elle s'assit à califourchon sur ses genoux et colla son corps contre lui, l'intimant dès lors en silence à s'allonger sur l'énorme botte de paille sur laquelle ils se trouvaient tous deux, poursuivant par un baiser plus langoureux encore. Instinctivement, Josh s'empara d'elle d'une étreinte, glissant une main sur les reins de la jeune fille ; ses doigts, qui connaissaient le chemin, se faufilèrent sous le débardeur noir que la cavalière avait remis sur elle quelques instants plus tôt. Mais dès lors, elle détacha son visage du sien et se redressa sur lui, l'abandonnant sur le dos. Néanmoins, elle continuait de fixer le torse musclé qui se présentait face à elle, admirant la sculpture offerte à ses yeux. Elle y faisait danser ses doigts pour faire prolonger le suspense.
      ABBY « La suite pour la semaine prochaine. Donc, si tu ne viens pas... tu sauras ce que tu rateras ; et je sais que tu le regretteras ! »
      Sur ce, elle exécuta une légère pression à un endroit bien précis sur ses côtes, faisant ressortir immédiatement les muscles abdominaux de Joshua. Ce dernier, s'il avait bien un point sensible, était cet endroit-là qu'Abby avait découvert la deuxième fois seulement qu'ils avaient eu un moment intime ensemble. À chaque fois, les muscles de Joshua tressautaient comme un spasme, et ce dernier ne pouvait s'empêcher d'esquisser un sourire vaincu.

      Au même instant, ni l'un ni l'autre ne se doutaient réellement de ce qui se passait hors de cette vaste grange. À l'extérieur, nombre de cavaliers, qui étaient toujours revêtus de leur tenue de concours ou pas, s'affairaient à la tâche. L'après-midi tendait à sa toute fin et déjà des camions ainsi que des vans tractés par des jeeps quittaient le centre équestre qui avait organisé les concours de ce dimanche. Certains concurrents étaient tranquilles, à l'aise, satisfaits de leur journée, à l'opposé de ceux qui ne demeureraient calmes qu'une fois retournés dans leur lit. Parmi ces derniers, un cavalier précieux et orgueilleux répondant au nom de Rohan Ambrose pestiférait en ne trouvant pas sa soeur : Blackberry, l'étalon de celle-ci, demeurait toujours dans son box avec sa couverture amarante au liseré doré sur le dos, et il patientait calmement qu'on vienne l'emmener dans son camion afin qu'il puisse retrouver ses paisibles quartiers privés. Rohan, quant à lui, s'énervait de ne plus voir sa soeur ; il était d'autant plus irrité que d'autres personnes lui demandaient où se trouvait Abigail, comme s'il était sa gouvernante. Cela le hérissait davantage et il était certain qu'il évoluerait bientôt en une forte colère.
      Il savait ce qu'elle faisait et avec qui. La question à se poser était . Néanmoins, ce qui le dérangeait le plus parmi tout cela, c'était le qui. Ce gars-là, qui pensait pouvoir gagner en dressage avec cette espèce de cheval - si on pouvait appeler cela un cheval, vu comme il était petit et gras - n'était qu'un coureur de jupon parmi tant d'autres. En réalité, ce qui agaçait le cavalier, c'était que ce type était non seulement un rival de taille malgré sa monture méprisable, mais que sa soeur était parvenue à s'enticher de lui. Depuis un mois, elle s'entraînait corps et âme au dressage non plus pour être victorieuse de ses reprises, mais également pour gagner ce jeune homme. Elle avait l'esprit d'une gagnante et ne voulait pas qu'une autre concurrente ne rafle ni ses prix, ni son amant ; elle était surtout une battante qui ne lâcherait pas le morceau aussi facilement, même quand son propre frère le lui reprochait. Elle savait que cela l'énervait, mais elle était comme droguée à ce nouveau mode de vie en concours ; quant à lui, il trouvait cela déshonorant qu'elle s'entiche à un rival, à un homme sans histoire qui juche un cheval sans prestige, et qu'elle fasse l'amour avec ce misérable dans des endroits abjects. Lui, il ferait tout pour l'obliger à l'oublier, de sorte que cette grossière aventure ne parvienne jamais jusqu'aux commères ou, pire encore, jusqu'aux bonnes familles.
      Il songeait à tout ceci quand il passa en face du box d'un petit cheval gris clair à la crinière toute hirsute. Ses crins blancs montraient encore des traces ondulées dûes à la tresse d'étalon réalisée ce matin pour la reprise. Le hongre se dépêcha d'arriver à la porte de son box pour passer la tête et faire connaissance avec cet humain qui le toisait ; il avait redressé ses fines oreilles sculptées et soufflait par à-coups. L'odeur émanant de Rohan lui fit de l'effet, et ce cheval à la limite de l'embompoint redressa la lèvre supérieure, découvrant de la sorte une rangée de dents jaune écru. Le cavalier tapotait nerveusement la porte du box de ses doigts ; plus il observait ce hongre, plus la haine montait en lui. Comme il aurait aimé profiter de cette situation pour faire un mauvais coup à ce cheval... Ce serait bien fait pour son cavalier. Cependant, il ne pouvait se permettre de le faire par lui-même s'il voulait avoir des chances de ne pas faire de scandale si jamais quelqu'un avait été témoin et contre lui. Mieux valait qu'il embauche un abruti pour le faire à un prochain concours, quand ce canasson serait encore là, seul dans son box, pendant que son imbécile de cavalier sauterait Abby.

      Il aperçut sa soeur de loin, qui marchait seule et qui lissait sa mèche de la main, signe qu'elle ne savait pas quoi faire d'autre pour éviter qu'on ne porte son attention sur elle. Sans attendre, il s'empressa pour la retrouver, l'attraper violemment par le bras et la tirer dans un coin moins fréquenté. Cette dernière ne sut s'empêcher de réprimer une grimace de douleur et d'agacement ; quant à Rohan, il se remit à la sermonner comme la semaine passée, bien qu'il savait que ses paroles rentraient par une oreille pour sortir par l'autre.
      Josh, quant à lui, n'était pas témoin de cela. Il était resté plus longtemps dans cette grange visitée de personne et avait consulté son smartphone. Même un dimanche, on continuait de travailler : on prenait contact, on restait au courant des événements, et on continuait d'être sur ses gardes. Quand enfin il eut terminé d'envoyer quelques messages, il quitta la grange, mine de rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elizabeth E. Teatch

avatar

Messages : 554
Date d'inscription : 01/09/2009
Age : 24
Localisation : Derrière toi !

Dossier du cavalier
Âge: 26 ans
Ton pouvoir: La télépathie..
Contrôle du pouvoir:
40/100  (40/100)

MessageSujet: Re: nihil admirari   Lun 9 Aoû - 20:11

Elizabeth n’avait rien prévu pour la journée, pas même d’aller voir sa jument. Elle se sentait fatiguée, sûrement à cause de la présence de ses deux nouvelles locataires. Même si la jeune fille ne comprenait pas bien comme cela pouvait l’épuisait alors qu’elle n’avait rien changé à ses habitudes, c’était la seule réponse plausible. Et puis, elle devait tout de même faire beaucoup d’efforts pour contrôler son pouvoir, pour ne pas lire les pensées des personnes qui vivaient à présent avec elle.

Vers dix heures, elle était donc encore dans son lit lorsque son téléphone sonna. Tout d’abord, elle ne répondit pas, mais le portable n’arrêtait pas de sonner, et la sonnerie dérangeait Elizabeth, elle se décida donc à tendre le bras pour attraper l’objet en question. Elle jeta un coup d’œil à celui qui appelait, et elle reconnut le nom d’une de ses amies. Elle décrocha donc, et c’est avec une voix devenue rauque par le sommeil qu’elle répondit :

«Allo ? Oui, ça va pas mal et toi ? En fait non, je n’ai rien de prévu pour le moment, je suis même encore dans mon lit si tu veux savoir, je suis crevée en ce moment. Ah… et tu ne peux pas te passer de moi évidemment. Oui, oui, je comprends, je suis ton porte-bonheur, il faut que j’assume. Vers quelle heure ? Une heure ? Parfait, ça me laisse le temps de me préparer. Tu peux m’indiquer le chemin s’il te plait ? Très bien. À tout à l’heure alors.»

Elizabeth soupira, et se laissa brutalement retomber sur ses oreilles. Celle qui venait tout juste de l’appeler s’appelait Ambre. Elles s’étaient rencontrées alors qu’Elizabeth faisait une ballade à cheval dans les environs. Ambre était aussi à cheval, et c’était donc naturellement qu’elles avaient commencé à discuter. Et puis, elles s’étaient revues assez régulièrement, elles avaient de nombreux points communs, les chevaux évidemment, mais aussi les livres et la musique. À plusieurs reprises, Elizabeth était allée voir son amie en concours de dressage, et à chaque fois qu’elle était là, Ambre avait terminé parmi les trois premières. Depuis c’était devenu une plaisanterie entre elle, et si Ambre avait appelé Elizabeth, c’est parce qu’aujourd’hui était une compétition importante pour elle, et un peu superstitieuse, elle avait demandé à Elizabeth de venir. Cette dernière se voyait mal refuser, d’autant plus qu’elle n’avait rien de prévu, et que sortir lui ferait du bien. La veille au soir, elle avait été dans un bar et elle avait ramené un garçon chez elle. Ils s’étaient bien amusés, mais lorsqu’ils eurent fini, elle lui avait demandé de partir. Il avait obéi sans rechigner, tout comme Elizabeth, il voulait seulement prendre du plaisir sans conséquence.

Chassant ses pensées qui avaient amené un sourire sur les lèvres de la jeune fille, elle se leva et passa directement dans la salle de bain. Après une demi-heure sous la douche, elle se sentit enfin réveillée et prête à affronter sa journée. Elle s’habilla simplement, un vieux jean délavé et une chemise rouge à carreaux. Elle ne croisa personne dans la maison, et elle ne savait pas si c’était une bonne ou une mauvaise chose. Elle se prépara un plat rapide puis se mit en route. Elle ne savait pas exactement où se déroulait le concours, et elle ne voulait pas être en retard.
Finalement, elle arriva à une heure moins cinq. Elle s’était un peu perdue, mais elle avait vite retrouvé son chemin. Elle se repérait de mieux en mieux dans le coin. Ce qui ne l’empêchait pas de regretter son Angleterre natal. Londres et son activité intense lui manquait énormément, elle trouvait les environs mots, il n’y avait que le désert et des minuscules villes, rien de comparable à sa ville. Elle aurait voulu se perdre encore dans Soho ou manger à Covent Garden, prendre le métro et s’arrêter au hasard, juste pour le plaisir.

Une voix hurlant son nom la fit soudain sortir de ses pensées. Elizabeth sourit à son amie, qui était visiblement excitée et stressée à la fois. Ambre entraîna la jeune fille à sa suite, la dirigeant vers le box d’Apocalypse Please, son cheval. Un magnifique hongre bai qui semblait tout le temps d’humeur égale, toujours calme. Elizabeth lui fit une caresse, puis bavarda avec son amie. Elle parlèrent tout d’abord de l’épreuve, Ambre se confiant à son amie, puis Elizabeth choisit de passer à des sujets plus futiles, afin que son amie se détende un peu.

Finalement, ce fut le tour d’Ambre, qui passa d’abord par le paddock pour s’échauffer avant de se rendre dans l’arène. Elizabeth, anxieuse, observait le parcours d’Ambre. Elle n’y connaissait pas grand-chose, et tout ce qu’elle savait, c’était Ambre qui le lui avait appris. Elle était plutôt tournée vers le CSO et le cross, le saut finalement. Elle n’était ni assez patiente ni assez précise pour le dressage. Ambre termina son tour, et Elizabeth l’applaudit avec force, de ce qu’elle avait pu comprendre, Ambre avait fait un excellent parcours.

Une voix désagréablement familière retentit derrière elle. Abigail Ambrose. Elle cherchait le petit défaut, elle avait toujours un reproche à faire aux autres cavaliers. Et là, elle disait d’Ambre que c’était «une cruche simplement bonne à monter des ânes, et encore». Le sang d’Elizabeth ne fit qu’un tour, elle se supportait pas qu’on s’attaque à ses amis, encore plus lorsque c’était une pétasse stupide qui parlait. Elle s’obligea à se calmer pour ne pas l’attaquer directement, mais elle ne put s’empêcher de vouloir du mal à Abigail. Et ce fut comme une ampoule qui s’éclaira au dessus de la tête de la jeune fille. Elle avait des pouvoirs, il fallait bien qu’elle s’en serve. Elle se concentra alors, elle se crispa même. Elle se mit sur la même longueur d’onde qu’Abigail, et chercha quelque chose d’assez simple à imposer à son esprit. Et elle trouva. Elle s’immisça dans la tête d’Abigail et lui imposait cette simple pensée «Tombe. Tombe. Tombe. Tombe.». Elle continua sa litanie, sans s’arrêter, jusqu’à ce qu’Abigail soudain se mette à marcher.

Au bout de quelques secondes, elle chuta soudain, et son beau pantalon blanc se retrouva tâché de terre. Abigail fulminait alors qu’Elizabeth souriait. Mais elle s’arrêta net de sourire lorsqu’elle vit qui Abigail rejoignait. Joshua. Elizabeth ne l’avait vu qu’une fois. Sa voiture était tombée en panne et Joshua, très gentiment, l’avait prise dans sa voiture. Et la suite avait été plus agréable encore… elle avait passé un très bon moment, elle n’était pas prête de l’oublier. Elle ne comprenait pas comment il pouvait être avec une fille aussi idiote et surfaite qu’Abigail.
Cependant, pour le moment, elle devait rejoindre Ambre. C’est ce qu’elle fit, et elle passa le reste de l’après-midi avec elle, sans pour autant oublier ce qu’elle avait vu. Finalement, Ambre alla mettre Apocalypse Please dans son van, Elizabeth l’embrassa et s’apprêtait à regagner sa voiture lorsqu’elle aperçut Joshua, seul. Un sourire pervers naquit sur ses lèvres. Elle avait remarqué au cours de la journée qu’Abigail semblait très attachée à Joshua. Il y avait donc un moyen de la blesser et de lui faire ferme sa grande gueule, pour parler familièrement. Elizabeth ne la supportait pas, surtout parce qu’Abigail croyait être la meilleur en tout, pour elle, elle gagnait à tous les coups. Sauf que si Elizabeth réussissait à lui piquer Joshua, elle se ferait certes une ennemi, mais elle gagnerait. Et grâce à son don, elle ne craignait pas grand-chose. Et puis, son pouvoir était très utile pour ravir les cœurs, il lui suffisait de se comporter comme il plairait à Joshua. Et puis, il était plutôt bon au lit, s’amuser avec lui ne serait donc pas désagréable.

Fière de son plan, Elizabeth se dirigea vers le jeune homme, avec toujours un sourire plaqué sur ses lèvres.

«Salut. Je ne sais pas si tu te souviens de moi, tu m’avais dépannée sur la route lorsque ma voiture était malencontreusement tombée en panne.»

Un petit sourire mutin lorsqu’elle évoqua ce souvenir, il lui fallait attendre maintenant, pour capter ses pensées. Elle ne l’avait pas vraiment fait la dernière fois, mais si elle lui avait plu une fois, elle lui plairait encore. Du moins, c’était logique, et Elizabeth espérait que le jeune homme était logique. En tout cas, elle se rappelait avoir vu un licou dans la voiture de Joshua, et avec sa présence ici, elle était maintenant certaine qu’il montait lui aussi à cheval. Enfin, peut-être qu’il accompagnait seulement Abigail, ce n’était pas impossible. Comme elle était curieuse, elle décida d’en avoir le cœur net :

«Qu’est-ce que tu fais ici ?»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joshua Griffith



Messages : 1390
Date d'inscription : 19/12/2009

Dossier du cavalier
Âge: 25
Ton pouvoir:
Contrôle du pouvoir:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: nihil admirari   Jeu 12 Aoû - 13:49


hrp | bon, je sais, je vais aller progressivement vers le tac-au-tac (:


      Juste après avoir quitté son repaire, Josh était parti vaquer à ses occupations. Il avait été voir si Léviathan se portait bien, le faisant patienter avec une petite dose de foin qu'il avait dégoté dans le box voisin qui n'était dorénavant plus occupé, avant de se rendre sur le parking pour déposer quelques premières affaires dans le coffre de l'Impala. Cela l'aidait aussi à patienter jusqu'à l'arrivée du van qui devait le reconduire jusqu'au Wildfire's ranch, puisque Josh ne s'était toujours pas décidé à atteler sa vieille Chevrolet. Un ami de longue date, qui n'habitait pas très loin de là, lui avait proposé de mener son van pour l'amener en concours ; en échange, Josh avait quelques indications intéressantes à lui refiler. Entre collègues, la jalousie furieuse n'était pas toujours de mise : parfois, on se serrait les coudes pour une cause commune.
      Quoiqu'il en soit, le jeune homme avait terminé de tout mettre dans le coffre de sa voiture fuligineuse, s'était déjà mis en tenue de ville et n'attendait plus que l'arrivée du carrosse de sa monture. Il revenait du parking lorsqu'il fut accosté par une brune :
      ELIZABETH « Salut. Je ne sais pas si tu te souviens de moi, tu m’avais dépannée sur la route lorsque ma voiture était malencontreusement tombée en panne. »
      Josh la constata d'un air tout pantois avant de remettre de l'ordre dans ses idées. Soudain, il se souvint de cette journée plutôt ensoleillée pour la glaciale saison hivernale de cette époque, lui roulant sur une route merveilleuse aux arbres enneigés et aux pâtures recouvertes d'un épais manteau lilial de neige éternelle. Il s'était seulement arrêté en voyant quelqu'un qui se languissait auprès d'une vieille automobile en panne ; après avoir ausculté ce tas de ferraille-là, Josh en avait conclu que mieux valait ne pas la faire redémarrer sans avoir échangé des pièces. C'est pourquoi le jeune homme s'était proposé pour ramener Elizabeth chez elle, à Laramie ; au début, il n'était pas bien bavard et constatait avec amusement que la jeune fille l'était bien plus. Aussi n'était-elle pas sans charme, ni sans imagination pour le séduire ; car cette dernière avait probablement passé toute la durée du voyage à le charmer et ce par tous les moyens les plus diversifiés, sans néanmoins en devenir ridicule. Disons que Josh avait été amusé, derrière son visage presque impassible, de constater les efforts mignons de cette ténébreuse brunette fort affriolante... et bien entendu, aucun des deux n'avaient résisté.
      JOSHUA « Oui, bien sûr que je me souviens de toi, Elizabeth. »
      À cette parole, il la regarda davantage pour se rappeler de tous les détails de son corps. Petit à petit, le puzzle se reconstituait entièrement et c'était comme s'il pourrait la recréer en simple pensée. Aussi les brèves séquences du plaisir qu'il avait eu ensemble dans l'Impala lui revenaient en mémoire d'une façon intense jusqu'à ce qu'elle lui demande ce qu'il faisait ici. Curiosité. Cela aussi, elle avait demandé à l'époque ce qu'il fichait bien sur la déserte Eagle Rock Road.
      JOSHUA « J'ai participé au concours de dressage d'aujourd'hui. »
      Il n'aurait jamais cru la revoir dans le milieu du cheval ; intrigué, il se disait pourtant qu'il n'avait pas remarqué le nom de son interlocutrice parmi les concurrents ou, tout du moins, parmi ceux qui avaient fait les meilleurs résultats. De là, il songea de nouveau à ses propres performances : quatrième place. Il avait été supplanté par les Ambrose qui, eux-mêmes, avaient dû s'incliner face à Daphné Wazenriether et Earl Aylen du Nightingal. Mais comment battre des chevaux qui valaient cent mille dollars et qui avaient été entraînés par des monstres du dressage ? Même Catherine Daens ne leur arrivait pas à la cheville, ce qui le fit rire à l'intérieur de lui quand il se souvint des fatuités de son vivant... et bien qu'elle soit morte, l'impression qu'il avait d'elle demeurait toujours aussi orgueilleuse ; et il eut une image plutôt gore de cette cavalière, sombre et infâme, éternellement abscons, complexe et insaisissable.
      JOSHUA « Et toi, tu fais quoi ? »
      Il avait coupé court à ceci afin de satisfaire aussi sa propre curiosité. Quand Josh faisait de telles rencontres, il n'était pas prêt à les revoir si facilement à moins qu'il ait été dans un bar, par exemple. Dans ce cas-ci, il comptait la remarquer dans les rues de Laramie, et encore... toutefois, il avait été en possession du numéro de téléphone de cette jeune brune, sans jamais appeler ce numéro ni retourner voir à sa maison. C'était juste une très brève passade, plus lapidaire encore que celle qu'il vivait pour l'instant avec Abigail.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elizabeth E. Teatch

avatar

Messages : 554
Date d'inscription : 01/09/2009
Age : 24
Localisation : Derrière toi !

Dossier du cavalier
Âge: 26 ans
Ton pouvoir: La télépathie..
Contrôle du pouvoir:
40/100  (40/100)

MessageSujet: Re: nihil admirari   Jeu 12 Aoû - 15:55

Elizabeth était concentrée, mais cette fois non pour bloquer son pouvoir, mais au contraire, pour être certaine de capter les moindres pensées du jeune homme qui lui faisait face, voire pour être apte à lui souffler quelques petites choses à l’oreille, sans qu’il ne se rende compte de rien, évidemment. Certes, ce n’était pas très bien, mais Abigail n’était pas une fille bien non plus, alors pour une fois, Elizabeth pouvait outrepasser les règles morales.

Sans même lire ses pensées, la jeune fille vit l’air perdu de Joshua, et elle se dit qu’il ne se souvenait pas d’elle. Elle n’était pas vexée, elle-même s’était souvenue de lui uniquement à cause de la présence du licou dans sa voiture, parce qu’avec le nombre d’amants qui passaient dans son lit, c’était impossible de se souvenir de tout le monde. Le seul problème, c’était que s’il ne se rappelait pas d’Elizabeth, ça serait un peu plus difficile pour mettre son plan à exécution. Mais après tout, la difficulté excitait la jeune fille.

Finalement, elle n’eut même pas besoin de changer de plan, elle voyait dans la tête du jeune garçon les souvenirs affluer lentement. Elizabeth eut énormément de mal à ne pas afficher un beau sourire ironique sur ses lèvres. Cependant, ce que dit Joshua a haute voix fut beaucoup plus soft, il se contenta de lui annoncer qu’il se souvenait d’elle. Elle ne répondit pas. Il faut dire qu’il était parfois compliqué de faire la différence entre ce qu’il disait et ce qu’il pensait, et il fallait qu’elle fasse attention à ne pas répondre des bêtises.

Le jeune homme était toujours aussi avare de ses mots. Ainsi, il montait bien à cheval. Et plutôt bien apparemment puisqu’il était arrivé quatrième. Elizabeth eut un grand sourire lorsqu’il se dit qu’il n’avait pas vu son nom. Malgré son silence, il était malgré tout curieux. Elle se demanda si elle devait lui dire qu’elle montait. Elle ne faisait pas facilement confiance aux gens, mais Joshua possédait une aura étrange, une aura qui donnait la chair de poule à la jeune fille. Quelqu’un de normal ne sentirait rien, évidemment, mais grâce à son pouvoir, Elizabeth avait accès au subconscient de son interlocuteur. Finalement, elle préféra ne rien lui dire, sauf s’il lui demandait directement. Et là, elle pouvait lui répondre sans mentir et sans toutefois lui avouer qu’elle montait elle aussi.

«J’ai accompagné une amie qui participait au concours.»

Elle ne savait pas trop comment s’y prendre pour faire évoluer la situation. Joshua était peu bavard, et même si le fait qu’Elizabeth aime parler ne semblait pas le déranger, la jeune fille savait qu’en général, les gens qui ne parlaient pas beaucoup préféraient que les autres fassent de même. De plus, elle ne le connaissait pas, elle ne savait pas s’il était capable de tromper sa petite amie, puisqu’apparemment, c’était à peu près officiel entre eux. Sa petit voix intérieure lui disait que c’était le genre d’hommes que ça ne dérangeait pas, et de toute façon, il fallait qu’elle essaie. Elle n’irait pas jusqu’à le forcer, c’était évident, mais elle pouvait mettre toutes les chances de son côté. Alors elle lui adressa un sourire éclatant et qui invitait à la luxure, sans ajouter un mot. Elle le regardait droit dans les yeux, pour qu’il comprenne bien ce qu’elle avait en tête. Après tout, la jeune fille n’était pas censée savoir qu’il était déjà en couple.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joshua Griffith



Messages : 1390
Date d'inscription : 19/12/2009

Dossier du cavalier
Âge: 25
Ton pouvoir:
Contrôle du pouvoir:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: nihil admirari   Jeu 12 Aoû - 21:17


      Déception que de constater qu'Elizabeth semblait fort peu bavarde ce jour là, voire sans intérêt particulier. Qu'est-ce qui l'avait intéressé, en réalité, quand il l'avait vue la toute première fois ? Il l'avait trouvé bien attirante, intriguante à bavarder sans cesse ; elle avait su attiser sa curiosité tout simplement. Aujourd'hui, elle lui lançait un sourire des plus bénêts et le tout dans une sensation de grossière niaiserie. Il avait presque l'impression d'apercevoir Daphné Wazenriether face aux juges, comme le petit chien qui s'assoit docilement face à son maître tout en penchant coquinement la tête, balançant l'oreille, afin d'être assouvi de tous ses désirs. Abby ne le faisait pas - elle était trop fière pour cela. Même si Josh avait compris qu'elle avait sacrifié bien de ses valeurs pour lui, elle demeurait trop noble pour cela.
      Abigaïl Ambrose... Issue de cette grande famille de notables du Maine. D'ailleurs, d'après une connaissance du cavalier, c'était étonnant de voir les Ambrose dans le Wyoming. Peut-être étaient-ils simplement dans leur maison de campagne... Mais quoiqu'il en était, ils s'était connus quand Josh avait participé à sa première épreuve de dressage officielle. Vu qu'il avait fait une admirable reprise pour un nouveau venu, Abby était directement venue le voir pour le prévenir que ça ne durerait pas. Etait-ce vraiment de l'hostilité qu'elle dégageait à cet instant, ou tout simplement une façade ? Par la suite, elle avait perdu contre lui pour deux petits points. Son frère, Rohan, qui était dans une autre catégorie avec un cheval plus expérimenté, avait été outré par la défaite de sa soeur et s'étonnait de ne pas la voir plus furieuse. Plus tard, il avait découvert le terrible secret de sa soeur... et Abby avait avoué à Josh que Rohan était furibond, mais qu'elle s'en fichait bien : elle était suffisamment grande pour prendre ses décisions seules. De toute façon, l'un et l'autre restaient libres tandis que Rohan s'occupait d'étouffer l'affaire, tout en faisant des remontrances à sa jumelle pour la dissuader de poursuivre cette aventure. Mais elle n'en avait rien à faire. Elle savait ce qu'elle voulait.
      Un faible sourire s'était esquissé là, au coin des lèvres, inconsciemment. Josh en revint donc à ce qu'avait dit Elizabeth précédemment :
      JOSHUA « Une amie ? »
      Il marqua un temps de pause. Il ne pouvait pas non plus connaître tous les concurrents, mais il se demandait si Elizabeth montait elle aussi à cheval ; ça ne l'aurait pas étonné. Il s'enquit donc de le lui demander d'un air anodin.
      JOSHUA « Et toi, tu montes aussi ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elizabeth E. Teatch

avatar

Messages : 554
Date d'inscription : 01/09/2009
Age : 24
Localisation : Derrière toi !

Dossier du cavalier
Âge: 26 ans
Ton pouvoir: La télépathie..
Contrôle du pouvoir:
40/100  (40/100)

MessageSujet: Re: nihil admirari   Sam 14 Aoû - 10:36

Elizabeth fit appel à toute sa force pour ne pas mettre un claque au jeune homme qui se trouvait en face d’elle. Comment pouvait-il se demander ce qu’il lui avait trouvé ? Cependant, elle réussit à ne rien laisser voir, son sourire se fit seulement plus coupant. La vengeance est un plat qui se mange froid, et Joshua pouvait, tout comme Abigail, tomber sans aucun raison apparente.
 
La modestie ne faisait pas réellement partie de ses qualités, mais elle disait qu’il était inutile de se sous-estimer, autant se considérer à sa juste valeur, et le montrer aux autres. Il en ressortait une grande confiance en elle-même, et les pensées de Joshua ne l’avait pas blessée mais seulement vexée. En même temps, maintenant, elle savait que Joshua préférait lorsqu’elle parlait beaucoup, donc elle avait seulement à agir comme il le désirait. Elle se demandait jusqu’où elle irait, parce que ce n’était pas dans son genre de céder aux caprices des hommes avec qui elle passait la nuit. Cependant, en réalité, elle parlait énormément, alors cela lui convenait très bien que Joshua aimait cela.
 
Elle l’écouta ensuite parler de sa chère Abigail. Ses pensées plus le léger sourire qu’esquissa Joshua firent se demander à la jeune fille si elle ne s’était pas trompée. Peut-être qu’en réalité il était réellement attachée à la jeune fille, et qu’il serait impossible de le détacher d’elle. Cependant, ce n’était pas son genre de se déclarer vaincue sans même essayer, elle n’avait rien à perdre après tout. Et Elizabeth avait appris une chose intéressante, leur relation était secrète. Quoi de plus jouissif de la révéler au grand jour ? Cela pouvait être un bon moyen de chantage, il fallait que la jeune fille y réfléchisse.
 
À son étonnement, le jeune homme revint sur ce qu’elle avait dit. Elle avait cru qu’il s’était totalement éloigné du sujet, puisqu’il ne pensait plus du tout à cela. Enfin, il lui donnait l’occasion de parler, elle n’allait pas s’en priver. Sa voix cependant, était plus froide et coupante que précédemment, même si elle essayait de se contrôler et de donner un ton plus enthousiaste à sa voix.
 
«Oui, une amie, Ambre Sullivan, elle fait pas mal de concours de dressage, elle est plutôt douée. Et je l’accompagne parce que la première fois que j’ai été à un concours avec elle, elle l’a gagné. Puis tous les suivants, elle a terminé sur le podium, du coup elle pense que je suis son porte-bonheur. Comme cette compétition était importante, elle m’a demandé de venir.»
 
Elle espérait avoir assez parler pour satisfaire Monsieur. Elle essaya de faire le vide dans sa tête, il fallait qu’elle se calme, elle ne tenait pas à ce qu’il sache qu’elle pouvait lire dans ses pensées. Finalement, la question qu’elle attendait arriva, Elizabeth n’était pas vraiment en mesure de l’esquiver.
 
«Oui, je monte, dans un ranch pas très loin d’ici. J’ai une jument, Litchee, mais je suis plutôt tournée vers le saut et le cross. Je crois que je ne suis pas assez patiente ni précise pour le dressage. Tu montes depuis longtemps ? Je ne t’ai jamais croisé par ici, et je me promène pas mal à cheval.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joshua Griffith



Messages : 1390
Date d'inscription : 19/12/2009

Dossier du cavalier
Âge: 25
Ton pouvoir:
Contrôle du pouvoir:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: nihil admirari   Sam 14 Aoû - 14:24


      Ambre Sullivan. C'était un joli prénom, et un nom de famille qui sonnait bien avec. Ambre Sullivan... Quelque chose de familier dans ce duo de noms propres... ou juste une idée. Dans son esprit, Joshua visualisait une cavalière aux cheveux blonds à longueur d'épaule, voire un peu plus longs ; mais il n'arrivait pas à mettre un visage sur elle. Non, il ne la connaissait pas.
      À entendre la voix d'Elizabeth, le jeune homme avait perçu directement le changement de ton. Dorénavant, il était faux et une sorte de colère enchevêtré à l'ironie miroitaient à chacune des syntagmes. Était-elle irritée à cause de ce qu'elle représentait pour cette cavalière, étant obligée de venir à chacune des importantes reprises ? À moins qu'elle ait eu un petit différent avec elle quelques instants plus tôt. Mais, si la jeune fille avait été un porte-bonheur pour cette Ambre, peut-être que son influence aurait été moins efficace aujourd'hui... à moins qu'elle ait participé à une autre épreuve, peut-être. Celle-ci à laquelle Josh s'était rendue n'était pas la plus convoitée de l'État, mais elle demeurait suffisante pour qu'on admette amèrement sa défaite ; c'était davantage le cas de Rohan que d'Abby. Très clairement, Earl Aylen était une monture splendide aux allures de feu, cet hanovrien était né pour la gloire - de même que son acquisition par les Wazenriether. Peut-être que le changement de ton de son interlocutrice était dû justement à cette défaite : Ambre Sullivan, quoique son porte-bonheur ait été là, n'avait pas su s'imposer face à Daphné Wazenriether. Il fallait pourtant apprendre à perdre pour mieux savourer ses victoires.
      Josh se surprit à penser ceci. Cette parole avait été prononcée par Mary, Mary Van Hallen, épouse de William Griffith. Une phrase susurrée au creux de son oreille par sa maman, un jour qu'il avait longtemps pleuré parce qu'il n'avait pas réussi à gagner la course en kayak dans leur lac à cent mètres de Pain Castle lors des festivités - la communion de son frère, ou quelque chose dans le genre. Familles, amis, tous étaient à la fête et prenaient part aux jeux tandis que les adultes discutaient, riaient aux grands éclats, buvaient ou dansaient sur la pelouse au rythme de la musique jouée par l'orchestre présent pour l'occasion. Le petit Joshua, qui n'avait que huit ans peut-être à l'époque, n'avait pas été le vainqueur de cette course dans le lac et pleurait à chaudes larmes, attristé de décevoir sa famille qui avait misé tous ses espoirs sur lui. C'est pourquoi sa tendre mère le lui avait dit, cette phrase qui, dix-sept ans plus tard, se glissait tout naturellement dans son esprit comme si elle avait été de lui. Parole qui l'avait convaincu au plus profond de lui, conseil salutaire pour chacun des carcans qu'il endurait depuis.
      Elizabeth lui expliquait qu'elle montait à cheval aussi. Tandis qu'elle décrivait un peu son portrait de cavalière, Joshua remarqua que la jeune fille avait cette même peau éburnéenne que sa mère, justement, parfaite et lisse. Il se rappela alors de la douceur de celle-ci, ce qui le renvoya au jour où il l'avait rencontrée sur la Eagle Rock Road.
      En réalité, cette jeune fille qu'il avait ramenée à Laramie était une cavalière qui aimait sauter et qui avait une jument dénommée Litchee. Litchee ? Le goût sucré de ce fruit lui vint en bouche, mais il songea également à une petite jument gris pommelé du ranch. Léviathan l'avait remarquée, une fois qu'il passait en face du paddock où elle avait été mise tandis qu'on nettoyait son box, et il avait gardé sa tête droite, fière et haute tout en vrombissant des naseaux pour lui parler. Elle avait étouffé un petit hennissement et l'avait suivi du regard jusqu'à ce que le hongre gris clair ait disparu dans derrière le tronc imposant d'un saule, entamant une promenade.
      Lorsqu'elle lui demanda s'il montait depuis longtemps, il fit un petit signe affirmatif du menton. Mais si elle ne l'avait jamais rencontré, c'était sans doute parce qu'il n'était pas de la région depuis fort longtemps.
      JOSHUA « On m'a mis sur un poney que j'avais deux ans... »
      Il se souvint de cette photo qui, aujourd'hui encore, trônait toujours sur la commode d'acajou face au lit de ses parents, à Pain Castle. Il s'agissait de Joshua, à quatre pattes sur le dos d'un shetland de feu, tenu aux hanches par les mains agiles de son père. Le bébé arborait un visage des plus joyeux marqué par ce rire prononcé et des yeux pétillants. Il s'était fermement accroché aux crins lavés de ce poney isabelle, et William Griffith aimait toujours rappeler à table que son fils cadet n'avait jamais voulu lâcher la crinière de ce shetland. Il avait fallu quelques tours de ruse pour qu'il se sépare enfin de sa petite monture.
      JOSHUA « Ca fait longtemps que je monte à cheval, mais en fait je ne suis pas de la région. Ca ne fait que quelques mois que je suis à Laramie. Mais ça me fait penser qu'au ranch, où mon cheval Léviathan est en pension, il y a aussi une jument nommée Litchee. »
      Il se demandait en fait, l'espace d'un instant, si cela pouvait être possible que ce soit la jument d'Elizabeth. D'une autre part, il fallait se rendre à l'évidence : même si Josh ne connaissait, certes, par tous les propriétaires qui avaient un cheval au ranch, il se disait aussi qu'il aurait probablement reconnu Elizabeth si elle était passée par là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elizabeth E. Teatch

avatar

Messages : 554
Date d'inscription : 01/09/2009
Age : 24
Localisation : Derrière toi !

Dossier du cavalier
Âge: 26 ans
Ton pouvoir: La télépathie..
Contrôle du pouvoir:
40/100  (40/100)

MessageSujet: Re: nihil admirari   Lun 16 Aoû - 16:46

[Niark niark, Lizzie est même pas attendie ! X)]


Elizabeth se fatiguait vite, elle ne maîtrisait pas encore totalement cette facette de son pouvoir. On pourrait croire que pour elle, écouter tout ce qui passait dans l’esprit du jeune homme était sans difficulté, mais pourtant, cela demandait un grand effort de concentration de la part de la cavalière. En effet, son pouvoir lui permettait de percevoir absolument toutes les pensées environnantes, et pour écouter ce que pensait une seule personne, elle devait donc faire taire les autres pensées, ce qui était difficile. En conséquence, elle décida de bloquer son esprit à toute pensée intrusive, elle ne l’ouvrirait qu’en cas de besoin, sinon, une migraine allait s’installer.
 
Cependant, elle n’eut pas le temps de fermer son esprit avant d’entendre quelques fragments de pensées de Joshua. Elle était tentée de lui répondre directement, elle ne voulait pas qu’il croit qu’elle s’était disputée avec Ambre, ni qu’elle ne lui aie pas porté chance, c’était faux et grotesque. Si elle avait utilisé un ton coléreux, c’était uniquement à cause de lui, même si il ne fallait pas qu’il le sache. Elle ajouta alors, d’un ton nettement plus détendu :
 
«D’ailleurs, cette fois encore, je lui ai porté chance, elle a terminé deuxième de sa catégorie.»
 
C’était étrange de ne pas savoir à l’avance ce qu’allait dire l’autre. Elizabeth s’y était habituée, depuis le temps qu’elle avait son pouvoir. Elle se rendait compte que c’était plus excitant aussi, plus mystérieux. Elle se demandait si les gens normaux ressentait cela aussi. Tout de même, parfois c’était bien de prévoir à l’avance les réponses qu’on lui faisait, ainsi elle n’était jamais prise au dépourvu.
 
«Depuis que tu as deux ans ! Et bien, ça ne date pas de hier ! Mais au fait, la dernière fois, je n’ai même pas pensé à te demander, tu as quel âge ?»
 
Elle ne savait pas quel âge il pouvait avoir, il n’était pas âgé, sûrement pas plus de trente ans. Mais même si ses traits faisaient jeune, il avait l’air d’avoir beaucoup vécu. Enfin, en tout cas, il devait admirablement monter, Elizabeth aurait aimé le voir durant son tour. Un autre jour, peut-être. La seconde phrase de Joshua surprit la jeune fille. Elle savait qu’il n’y avait pas dix milles juments prénommée Litchee dans la région, se pourrait-ils qu’ils montent dans le même ranch ?
 
«À vrai dire, je ne suis ici que depuis quelques mois également, j’habitais en Angleterre avant. Vraiment ?! Léviathan, ça me dit quelque chose… et il ne doit pas avoir beaucoup de Litchee dans le coin. La mienne est grise pommelé. Et très jolie, évidemment.»
 
Ces derniers mots avaient été prononcés avec un grand sourire, et un ton de fierté évident dans la voix. Elizabeth aimait sa jument plus que tout, c’était visible. Tout de même, la jeune fille serait étonnée de n’avoir jamais vu le jeune homme alors qu’ils montaient dans le même ranch. Penser au ranch la fit penser à son don. Là-bas, beaucoup de cavaliers avaient un pouvoir, peut-être que Joshua aussi. À ce stade là, elle pourrait au moins faire une allusion voilée, pour savoir ce qu’il en était. Seulement, elle n’y arrivait pas, elle avait comme un pressentiment. C’était stupide, elle le savait, mais elle ne pouvait s’y résoudre, alors elle préféra attendre de voir comment se déroulait leur entrevue.
 
«Tu as du temps devant toi, ou tu es pressé ?»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joshua Griffith



Messages : 1390
Date d'inscription : 19/12/2009

Dossier du cavalier
Âge: 25
Ton pouvoir:
Contrôle du pouvoir:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: nihil admirari   Lun 16 Aoû - 17:36


      Lorsqu'elle lui demanda son âge, il fut un peu étonné ; mais sans la moindre hésitation, il lui répondit qu'il avait vingt-cinq ans et lui renvoya la question. Mais à cela, il eut cette petite impression d'être vieux et d'être loin de la réalité, loin du monde concret. Josh savait que nombre de ses amis étaient dorénavant fiancés, mariés, beaucoup étaient même père, tandis que lui se contentait de vagabonder à travers le monde pour chasser des monstres, et qu'il se satisfaisait de quelques filles sans jamais leur vouer amour et fidélité. Il eut l'impression d'être un fantôme. A ce songe et en attendant la réponse de la jeune fille, il jeta un regard plus scrutateur vers Elizabeth pour estimer son âge. Elle devait avoir la vingtaine, peut-être même un peu plus. Il n'était pas toujours aisé de tomber sur l'âge juste chez les filles : leur style de vêtements, les artifices du maquillage ou de leurs airs étaient souvent trompeurs.
      ELIZABETH « Léviathan, ça me dit quelque chose… et il ne doit pas avoir beaucoup de Litchee dans le coin. La mienne est grise pommelé. Et très jolie, évidemment. »
      Joshua eut un léger rire en entendant la dernière remarque de son interlocutrice. Cela lui fit penser à l'un de ces vieux auteurs que l'on faisait étudier aux jeunes dans les lycées privés, qui disait quelque chose comme on s'enorgueillit de la qualité de son propre cheval lorsqu'on dit de lui qu'il est beau. Mais ici, aucun rapport avec une quelconque vanité, malgré la fierté qui ressortait de ces paroles.
      JOSHUA « Gris pommelé, c'est une robe qui m'a toujours bien plue. Autrefois, Lévi était aussi gris pommelé mais il a vite blanchi avec les années ; il tient fort du Camargue. »
      Il avait précisé ceci sans remord ni fierté. En général, les autres concurrents auraient bien raillé en apprenant les origines de Léviathan : un Camargue en concours, quel ridicule... bien qu'il fût issu d'un Pure Race Espagnole pleins papiers. Peut-être était-ce encore pire que de voir le produit d'un tel croisement... Mais Joshua avait appris à ignorer toutes ces remarques : le principal était ce que représentait son hongre pour lui, et non pas selon des cavaliers de concours orgueilleux qui ne parvenaient à qualifier un cheval que par le prix exorbitant de celui-ci.
      JOSHUA « Mais si ta jument se nomme Litchee, et que le nom de Léviathan te dit quelque chose... peut-être est-ce que tu viens aussi du Wildfire's ranch ? »
      Il avait préféré passer le fait qu'il soit né en Angleterre lui aussi ; il n'aurait pas aimé que quelqu'un fouille son passé. Au pire, Elizabeth se rendrait compte des restes d'un accent anglais bien que ses expressions australiennes se soient fort emparées de lui. Après tout, il était resté très longtemps là-bas pour une longue affaire, et il y était retourné souvent pour des problèmes similaires. Lorsqu'il retournait à Pain Castle pour quelques jours, son accent natal revenait à lui mais s'estompait lorsqu'il quittait l'Angleterre. Somme toute, il était doté d'un anglais mêlé mais fort compréhensible, adapté au lieu dans lequel il se trouvait.
      ELIZABETH « Tu as du temps devant toi, ou tu es pressé ? »
      JOSHUA « J'attends un ami qui s'est proposé d'emmener mon cheval jusqu'au ranch, mais d'ici là on a le temps de discuter un peu. »
      C'était étrange de se rendre compte qu'il connaissait strictement rien de cette jeune fille tandis qu'elle lui sembla terriblement familière en l'espace de quelques instants.
      JOSHUA « Ca te dit qu'on rejoigne tout doucement les écuries ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elizabeth E. Teatch

avatar

Messages : 554
Date d'inscription : 01/09/2009
Age : 24
Localisation : Derrière toi !

Dossier du cavalier
Âge: 26 ans
Ton pouvoir: La télépathie..
Contrôle du pouvoir:
40/100  (40/100)

MessageSujet: Re: nihil admirari   Lun 16 Aoû - 20:52

Elizabeth n’arrivait ni à lutter contre son pouvoir, ni contre sa curiosité. Seulement, elle estimait en savoir suffisamment pour draguer Joshua, elle ne voulait pas non plus empiéter sur la vie privée du jeune homme. Des brides de pensées parvenaient donc jusqu’à l’esprit de la jeune fille. Elle entendit qu’il trouvait que les artifices du maquillage rendaient les filles plus âgées qu’elles ne l’étaient réellement. Elizabeth se dit avec un sourire qu’elle ne se mettait jamais de maquillage, elle trouvait que cela rendait l’apparence trop superficiel. Il fallait vraiment qu’elle cesse complètement d’écouter ses pensées. Elle fit un gros effort sur elle-même pour se concentrer sur le jeune homme qui lui faisait face. Vingt-cinq ans, c’était parfait, un peu plus âgé qu’elle mais pas trop. Elle se surprit elle-même avec ses pensées, pourquoi se disait-elle qu’il avait le bon âge ? Elle voulait seulement coucher avec lui, pas une relation, elle n’avait pas besoin de son âge pour ça.
 
«J’ai dix-neuf ans.»
 
Elle ajouta un sourire, sans ajouter de commentaire. La conversation repris sur les chevaux, et la voix pleine d’enthousiasme, répondit à son vis-à-vis.
 
«Les Camargues, pour moi, ça signifie un peu la liberté. Enfin, je ne suis jamais allée en France, mais j’en ai entendu parler. Litchee aussi s’est éclaircie, mais elle est restée tout de même grise pommelé. Elle a des origines arabes et français de selle, mais elle n’est pas reconnue comme telle, sa naissance n’était pas désirée.»
 
Elle adorait parler de sa jument, et elle aurait pu le faire longtemps. Elle préféra s’arrêter, cela ne l’empêcherait pas de continuer à lui en parler. D’autant plus qu’il aimait les chevaux aussi, ils auraient ainsi au moins toujours un sujet de conversation, même si lui apparemment préférait le dressage au saut, contrairement à Elizabeth.
 
La jeune fille ne put retenir un expression de surprise lorsque Joshua lui demanda si elle venait du Wildfire’s ranch. Elle eut un éclat de rire, elle devait s’en douter, mais la confirmation faisait tout de même un effet étrange. Elle n’y croyait pas vraiment avant, parce qu’elle pensait que s’ils montaient au même ranch, elle aurait déjà vu le jeune homme, mais apparemment non. Elle lui dit alors, avec un grand sourire :
 
«En effet, je monte au Wildfire’s ranch, tout comme toi il semblerait. Je suis assez étonnée de ne t’avoir jamais vu là-bas, même si je n’y monte pas depuis très longtemps. Enfin, c‘est un assez grand ranch, il y a pas mal de monde.»
 
Joshua lui dit qu’ils avaient un peu le temps de discuter, puis il lui proposa de marcher jusqu’aux écuries. Elizabeth acquiesça doucement. Elle n’avait pas grand-chose à faire de toute façon. Personne ne l’attendait chez elle, et elle n’avait pas vraiment envie de sortir. Alors autant profiter d’une présence agréable.
 
«Tu m’as dit que tu était ici seulement depuis quelques mois, et qu’est-ce qui t’as fait venir ? Je veux dire, c’est un peu le bout du monde ici.»
 
En prononçant ses paroles, elle se mordit les lèvres, elle était peut-être indiscrète, Joshua paraissait comme quelqu’un de secret, et ne voulait pas l’obliger à lui dire.
 
«Enfin, tu n’es pas obligé de me répondre, évidemment.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: nihil admirari   

Revenir en haut Aller en bas
 
nihil admirari
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Présentation de Cris

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Horse Dream RPG :: #_RPG - Le monde extérieur :: 
The world
 :: Amérique
-
Sauter vers: