Partagez | 
 

 "Mon arrivée dans ce coin paumé"(Libre)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Faith Anderson

avatar

Messages : 13
Date d'inscription : 22/08/2010

Dossier du cavalier
Âge: 14 ans
Ton pouvoir: /
Contrôle du pouvoir:
5/100  (5/100)

MessageSujet: "Mon arrivée dans ce coin paumé"(Libre)   Mar 24 Aoû - 16:59

La voiture disparut de sa vue après un énième tournant, soulevant sur son passage une myriade de grain de sable qui s'envolaient paresseusment dans l'athmospère. La silhouette jeta un coup d'oeil sceptique au lieu qui l'entourait. A sa gauche et à sa droite se trouvait d'immense prairies sans fin, balayées par un doux vent d'Est. Devant elle s'étendait une route sineuse qu'il aurait été plus judicieux de nommer piste tant elle était parsemée de nids de poules. Enfin derrière elle se tenait l'entrée du ranch surmontait d'une pancarte brinquebalante qui sembalit devoir tomber au moindre coup de vent. La jeune fille blonde tendit l'oreille à la recherche d'un quelquonque véhicule qui pourrait la ramener chez elle ou tout du loin l'éloigner de ce trou paumé. Mais elle n'entendit rien d'autre que le murmure du vent jouant dans l'herbe et le chant d'un oiseaux. Un soupire se fit entendre, certe elle avait vécus dans le Colorado, mais dans une grande ville avec un cinéma et une large palette de magasins. Or sur tout le trajet elle n'avait traversé que quelques bourgs qui tenaient plus d'une ville fantôme que d'un village. Sa seule consolation fut que son cheval l'accompagnait et que la seule utilité de cette prairie était de pouvoir galoper sans contrainte à une allure soutenue. Bon elle n’était pas avancée, la jeune fille se retourna vers l’entrée du ranch et passa sous la pancarte avec circonspection, comme si elle craignait que le lourd panneau de bois vienne l’assomer proprement. Elle se retrouva alors dans un parking où trônait fièrement trois véhicule. Un van à deux places.

*Pratique pour les compètes !*


A ses côté un vieux pick-up miteux qui n’avait pas connue de nettoyage depuis bien longtemps et enfin une petite citadine sortie depuis des lustres et dont la carrosserie était à refaire. Nouveau soupir, on était loin des voitures luisantes qu’exibaient ses anciens voisins. Le visage sombre,Faith-elle répond en effet à ce nom- traîna ses deux énormes valises jusqu'à la cours principale. Là elle trouva une charmante fontaine dans laquelle clapotait une eaux fraîche et limpide. La cours était entourée de bâtiments relativement modestes. Faith découvrit avec plaisir un banc situé sous les ramures d’un majesteux chêne qui avait du connaître bien des époques. Elle jeta un regard circulaire tout autour d’elle et ne vit personne, l’endroit était désert à l’exeption d’un couple se balançant nonchalament sur une balançoire. L’adolescente resta une dizaine de minutes sur le banc à observer les lieux où elle allait vivre. Puis elle se releva et alla se tremper les mains dans la fontaine, ravie de trouver un peu de fraîcher sous cette chaleur torride. Enfin elle se releva et observa les environs, éspérant trouver une quelquonque personne qui aurait la bonté d’âme de lui indiquer où se trouvait sa chambre. Bien évidemment personne ne vînt et même le couple d’amoureux avait disparut.

*Sympa cet endroit dit donc c’est très fréquenté !*

Elle poussa un énième soupir regrettant une fois de plus la ville et son animation aux antipode de ce coin perdue au milieu de nul part.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Manuel Valens

avatar

Messages : 199
Date d'inscription : 21/12/2009

Dossier du cavalier
Âge: 24 ans
Ton pouvoir: Prémonitions
Contrôle du pouvoir:
25/100  (25/100)

MessageSujet: Re: "Mon arrivée dans ce coin paumé"(Libre)   Jeu 26 Aoû - 14:05

[Attention, ce lieu est un ranch, il n'y a pas de chambre ni d'hébergement des cavaliers. De plus, dans les vacants ton personnage a une famille sur place, des parents et une petite soeur, logiquement tu habites donc avec eux. Si tu veux une habitation pour vous quatre, tu peux faire une demande dans la partie adéquate. Où si tu décides de fuguer, tu peux aussi trouver une coloc' ou prendre une chambre au motel Ozalee xD]


    Manuel avait de moins en moins de temps à consacrer au ranch ces temps-ci. D'un côté il le regrettait un peu, car il adorait ces moments passés avec sa petite jument blanche. Mais d'un autre... il aimait aussi énormément sa vie avec la troupe. Actuellement, ils étaient en répétitions pour un énorme projet. Les gens de la haute en Amérique sont parfois friands de pièces célèbres françaises. Manu et sa troupe étaient en pleine adaptation de Cyrano de Bergerac pour le public américain. C'était un travail de longue haleine, surtout que le jeune homme tenait le rôle principal. Mais c'était aussi un travail tout à fait passionnant, et son amie qui était aussi son metteur en scène savait bien s'y prendre. Il se levait donc très tôt et passait sa journée entière sur les planches, à s'entraîner pour la diction, à réfléchir sur les tournures anglaises pour qu'elles restent le plus possible fidèles à la pièce originale. Résultat, il rentrait chez lui très tard le soir, nullement ennuyé par ce métier qu'il adorait. S'il avait besoin de se vider l'esprit, il jouait un peu de guitare, tellement rapidement que son don n'avait pas le temps de se manifester. Et il n'avait pas le temps de passer au ranch...


    Cela ne lui était possible que le dimanche, comme actuellement. Il prenait sa guitare et sa voiture, et filait directement au ranch après une grasse matinée, destinée à le faire récupérer du manque de sommeil accumulé pendant la semaine. Il prenait directement le chemin du Dos d'Âne, où il le savait, sa jument y serait. Il l'appelait, généralement elle venait vers lui au petit trot. Leur complicité était restée la même depuis leur épopée en France sous les chapiteaux. A l'époque, il était reconnu nationalement dans le monde du cirque. Ah, la belle époque. Mais il ne regrettait rien. Il adorait sa vie d'aujourd'hui aussi. Certes, il n'avait plus la gloire avec sa petite jument blanche. Il regrettait parfois de ne pouvoir l'emmener sur les planches, car elle avait toujours adoré se donner en spectacle. Il avait parfois l'impression que ça lui manquait. Comme ce jour là par exemple, où il l'appelait, elle levait la tête vers lui, et partait au trot dans la direction inverse, les oreilles baissées, lançant un coup de cul au passage. Sur le moment, il rigolait. Sa petite jument était tellement expressive, elle avait appris depuis très longtemps à se faire comprendre de tout le monde. Mais après coup, il se sentit un peu coupable. Il ne venait plus la voir très souvent, ce qui devait la vexer, d'où sa réaction. Ou peut-être était-ce sa vie qui ne lui convenait pas. Elle n'avait pas l'occasion de faire son numéro ici, en plein milieu des collines sans fin. Elle avait toujours été proche de l'homme, un telle présence devait lui manquer. Manuel l'appela une nouvelle fois, avec en plus le sifflement qu'il émettait dans les situations désespérées. Alors, Malaya savait que c'était un ultimatum et arriva lentement au pas, la tête baissée mais les oreilles couchées, le regard mauvais. Alors Manu la prit doucement, la caressa partout et lui donna une de ses friandises préférées. Il était triste, il savait que sa petite jument ne lui tournait jamais le dos pour rien. Il fallait qu'il trouve quelqu'un pour s'occuper d'elle, la sortir du pré pendant ses longs jours d'absence. Il savait qu'on s'occupait bien d'elle ici, que les soins étaient parfaits mais... il lui manquait une compagnie, des activités, des jeux. C'était la jument la plus intelligente du monde qui connaissait des tours extraordinaires, elle avait connu les feux des projecteurs, les applaudissements, et elle avait adoré ça... on ne pouvait pas lui retirer comme ça. Elle avait besoin de se montrer encore, de faire rire les enfants, de faire tourner en bourrique les adultes. Manu n'avait pas le droit de la laisser seule dans sa prairie immense au beau milieu de chevaux qui font le double de taille !


    Il l'avait emmené faire un tour près du lac comme il faisait souvent. Là, il la laissait se prélasser pendant qu'il jouait de la guitare. Leur numéro le plus célèbre était celui où la petite jument blanche dansait au son de la guitare. Aujourd'hui, elle ne dansait pas, elle broutait, dos à son maître. Il l'emmena se promener autour du ranch, et termina ce petit tour par la cour principale. Ici, le lieu était presque vide. Le dimanche c'était souvent le cas, beaucoup de gens étaient à la messe, ou en train de cuver la soirée de la veille, ou encore en famille pour la journée dominicale. Une jeune adolescente se trouvait là, et paraissait un peu désemparée. Cette jeune fille lui disait vaguement quelque chose, Manu avait déjà vu ses parents au ranch. Visiblement elle faisait le maximum pour s'en détacher, comme la plupart des adolescents aujourd'hui. Il s'approcha lentement d'elle, la petite jument blanche sur les talons, qui pour la première fois de la journée, semblait plus curieuse que blasée.


    " - Hum, bonjour. Vous attendez quelqu'un ? "

_________________

© Tim Flach
Malaya


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
"Mon arrivée dans ce coin paumé"(Libre)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pogonas qui ne veulent pu bouger et reste dans leur coin
» CHERCHE PENSION DANS LE COIN
» recherche coq ameraucana dans mon coin
» Voile de chine reste sur le dos et se met dans un coin !!
» poisson dans son coin...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Horse Dream RPG :: #_Espace flood :: Anciens RPs-
Sauter vers: