Partagez | 
 

 La cachette [Faust]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nathan Drake

avatar

Messages : 48
Date d'inscription : 30/09/2009
Age : 24

Dossier du cavalier
Âge: 21 ans
Ton pouvoir: //
Contrôle du pouvoir:
0/0  (0/0)

MessageSujet: La cachette [Faust]   Jeu 5 Mai - 10:40

Spoiler:
 

Il faisait chaud. Très chaud. Trop chaud. Les lieux étaient déserts, les quelques chevaux enfermés transpiraient dans leurs boxes. Nathan pénétra dans le bâtiment en fronçant le nez devant l'odeur qui s'en dégageait. Une idiote de jument grise, qui avait un nom de fruit, il s'en rappelait, tendit son cou hors de son box, pour réclamer quelque chose sûrement. Le garçon lui jeta un regard noir, sans obtenir de réaction de l'animal. Il fronça les sourcils, et leva soudain son poing, l'abattant sur les naseaux de la petite jument, qui recula précipitamment, se cognant dans le mur de son box, poussant un léger hennissement de surprise. Elle était la dernière des imbéciles, celle-là. En général les chevaux sentaient son agressivité, mais pas elle. Comme Blue Star, en fait. Quand Nathan s'approcha du box de son cheval, celui-ci recula précipitamment pour se mettre hors de sa portée. Il commençait à apprendre, nota le garçon.

Il passa devant le box de son animal, l'ignorant, et se dirigea vers les box les plus éloignés des chevaux. Ceux-ci était vides, et propres. L'odeur animale y était un peu moins forte. Le garçon entra dans un box, et s'assit dans un coin, invisible pour quiconque pénètrerait dans le bâtiment. Il prit soin de dégager de la place sous ses fesses, et appuya son dos contre le mur. Ici, elle ne le trouverait pas. Cette fille, qu'il avait rencontrée en ville, à qui il avait eu la mauvaise idée de dire que c'était là qu'il bossait, venait sonner toutes les demi-heures à la porte de chez lui, et n'hésitait pas à entrer dans le ranch pour le chercher. Elle savait qu'il haïssait les chevaux, elle ne le trouverait pas ici.

Il alluma l'ordinateur portable qu'il portait sous le bras en entrant dans le bâtiment, et le cala contre ses genoux. Il n'avait rien d'autre à faire en attendant que cette fille se lasse que de jouer tranquillement, malgré la présence oppressante des chevaux à ses côtés, c'était mieux que devoir supporter ce pot de colle. Un message sur son portable soudain vibrant lui confirma que sa cachette était bonne, elle ne le trouvait pas. Tant mieux. Il éteignit son téléphone, et s'immergea dans sa partie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://versus.forumsactifs.net/
Faust Infrean

avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 24/04/2011

Dossier du cavalier
Âge:
Ton pouvoir:
Contrôle du pouvoir:
10/100  (10/100)

MessageSujet: Re: La cachette [Faust]   Jeu 5 Mai - 17:06

Faust s'était levée tôt ce matin là pour commencer à travailler. Elle avait roulé son sac de couchage dans un coin du box de son étalon, Santal. Après avoir pansé soigneusement sa robe baie foncée et tressé sa crinière blanche, elle l'avait embrassé entre les naseaux et était partit travailler.
La jeune femme commença par nettoyer soigneusement les boxs les uns après les autres, sous le regard attentif de son vautour aprivoisé.

"Tu veut apprendre comment on fait?" avait-t-elle plaisanté.

Puis, une fois son épuisante tâche achevée, Faust avait un peu longé cette adorable petite jument, là: Malaya. Ensuite, elle avait monté quelques heures Santal dans les environs, pour inspecter les pairies. Après quoi, la jeune femme l'avait ramené et avait profité des heures les plus chaudes de la journée pour faire la sieste dans un box. Celui de Litchee, en l'occurance. La petite jument grise lui semblait fort sympatique et elle voulait passer du temps avec elle. Certe, elle l'avait fait en dormant, mais elle l'avait fait.

Faust était sur le point de se lever, assise dans le coin derrière la porte du box, étant donc invisible de l'allée, quand Litchee recula au fond du box en henissant, suite à un choc. En voyant le poing fermé passé par la porte, elle devina qu'on venait de frapper la jument. La jeune femme ouvrit grand les yeux et se leva de toute sa taille, pas moins d'un mètre quatre-vingt-cinq. Un homme allait vers l'extermitée de l'écurie, faisant faire un brusque écart à Blue star. Faust prit le temps de calmer Litchee, en bouillant de rage. D'habitude, quand elle était énervée pour des motifs personnels, elle se glacait juste. Mais là, ce salaud avait osé frapper un cheval aussi fort et sans raisons: il allait en prendre plein la face.

Faust ouvrit la porte et partit sur les traces du type en remontant ses manches, suivie par son vautour. L'animal semblait ravi, comme si il devinait les envies de meutres de sa maitresse. Les chauves-souris endormie dans les cheveux de celle-çi en étaient sorties et voletaient autour d'elle en une sombre nuées, les rongeurs divers dans ses manches et ses poches trottaient près d'elle, apeurés mais incapable de la quitter. Le serpent à sonnettes enroulé autour de son molet, sous son jean, commençait à se réveiller et à remonter le long de son corps pour prendre place autour de son cou.
Entourée par sa ménagerie inquiétante, Faust dénicha ce sombre crétin dans un box, son ordinateur portable sur ses genoux. Trop énervée pour prendre le temps d'ouvrir la porte, la jeune femme la défonça à coups de pieds et fit irruption dans le box, furibonde.
Elle fit sauter l'ordinateur des genoux du salaud et l'envoya voler dans le paddock d'un coup de talon en insultant le type en français, puis l'attrappa au col et le releva, avant de lui mettre son poing dans le nez, toujours en vociférant des insultes très très imagées sur où et quand il devrait faire certains types de choses avec des gens du même sexe que lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nathan Drake

avatar

Messages : 48
Date d'inscription : 30/09/2009
Age : 24

Dossier du cavalier
Âge: 21 ans
Ton pouvoir: //
Contrôle du pouvoir:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: La cachette [Faust]   Ven 6 Mai - 17:51

Le combat était épique. Les zergs affluaient de partout, par vague de 10, de 15. Les marines étaient débordés, et les médics peinaient à soigner tout le monde. Chaque bunker menaçait d'être détruit, les tourelles anti-aériennes tiraient en continu contre un ennemi toujours plus nombreux. Les cadavres s'amoncelaient au pied des barricades mais la forteresse tenait bon. Il fallait juste résister encore un peu de temps, un tout petit peu de temps, et le laser aurait percé une sortie, pour permettre d'évacuer les troupes, de sauver les colons terrans. La violence avait atteint son paroxysme, Jim Raynor se devait d'être partout à la fois, sur tous les fronts, pour motiver ses troupes et tuer la foules de zerg qui avançait, peu à peu, détruisant les bunkers au fur et à mesure de leur construction, renversant les hommes et laissant juste derrière eux des carcasses sanguinolentes. Entrainer de nouveaux marines, des medics, des machines de guerre, des...

L'ordinateur lui fut arraché des mains.

Nathan eu un instant d'incompréhension. Une fille, qu'il ne connaissait ni d'Eve, ni d'Adam, venait de balancer son ordinateur au sol, et l'avait prit par le col en criant des mots qu'il ne comprenait pas. Il lui jetait un regard surprit, il n'avait pas encore tout comprit de ce qu'il se passait, quand elle lui balança son poing dans le nez. La vive douleur le fit reculer d'un pas, et il heurta le mur derrière lui. Il passa sa main sous son nez, essuyant le sang qui s'était mis à couler. Sa partie tournait toujours. Il ne savait pas qui était cette folle, mais il fallait qu'il arrête ce massacre. Il se jeta sur son ordinateur, vérifia d'un coup d’œil qu'il allait bien, et mit le jeu en pause avec un soupir de soulagement. Il se leva ensuite, regardant d'un regard noir la fille.

Il essaya un instant de maintenir ce regard, mais son visage prit vite une expression décontenancée. Elle avait un... vautour derrière elle ? Des chauves-souris autour de la tête ? Des souris à ses pieds ? Un serpent autour du cou ? Mais qu'est-ce que c'était que cette ménagerie ? Il avait fermé son ordinateur, le tenant dans sa main gauche, contre son jean. Il contemplait cette drôle de fille avec un mélange de curiosité, de colère et de peur. Visiblement, il ne savait pas vers lequel pencher. Finalement, il se décida pour un mélange des trois.

"T'es qui toi, une folle ? Qu'est-ce que tu me veux, imbécile ?! Tu vois pas que je l'utilisais mon PC, là ? Non mais ça va pas !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://versus.forumsactifs.net/
Faust Infrean

avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 24/04/2011

Dossier du cavalier
Âge:
Ton pouvoir:
Contrôle du pouvoir:
10/100  (10/100)

MessageSujet: Re: La cachette [Faust]   Ven 6 Mai - 18:56

Faust fut prise d'une joie sauvage et tribale en voyant son ennemi reculer et le sang couler sur son visage. De son coté, le salopard se jeta contre son ordinateur comme si celui-ç allait le protéger et le ferma avant de lui jeter un regard noir. Quand elle vit la peur et la colère se peindre sur son visage, mais accompagné de curiosité, la colère de Faust se quintupla. Ses yeux étaient injéctés de sang et sa lèvre supèreure agitée d'un tic nerveux, fini par se retrousser à la manière d'un loup montrant les crocs. Simultanément, un furieux grondement monta de sa poitrine.

Le type lui posa une question, mais elle ne la compris pas. Il parlait trop vite, elle parlait trop mal anglais et était surtout trop furieuse. Faust revins à la charge et frappa aussi fort qu'elle le put son entrejambe avec son genoux. Puis elle frappa, frappa aussi longtemps et aussi fort qu'elle en eut la rage. Sa ménagerie avait fini par s'enfuir, affolée et seul restait à ses coté Griffon, qui observait la scène avec attention de ses petits yeux noirs, la tête penchée sur le coté. Il espérait manifestement que sa maitresse achève l'homme pour qu'il puisse s'en repaitre. Malheureusement pour lui, Faust s'écarta du type, essouflée mais calme. Elle cracha une dernière insulte en anglais cette fois-çi et sortit du box pour aller finir sa sieste dans celui de son étalon, en essuyant ses larmes de rage.

En se réveillant, elle décida de conduire Blue star et Litchee au pré pour les laisser se remettre de leurs émotions. Faust resta une ou deux heures avec les chevaux des paturages, puis rentra, avec un drôle de mauvais présentiment. La jeune femme pénétra dans l'écurie avec son couteau pliable à la main, certaine qu'ell allait avoir des embêtements à l'interieur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nathan Drake

avatar

Messages : 48
Date d'inscription : 30/09/2009
Age : 24

Dossier du cavalier
Âge: 21 ans
Ton pouvoir: //
Contrôle du pouvoir:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: La cachette [Faust]   Dim 22 Mai - 9:35

Spoiler:
 




Elle ne répondit pas. Non, elle grogna. A la manière d'un chien. En la regardant de plus près, c'est vrai qu'elle faisait plus animale qu'humaine. Avec sa chevelure blonde qui encadrait son visage comme une crinière de lionne, ses lèvres retroussée sur ses dents blanches, incisives, et ce grondement qui lui sortait de la poitrine. Un sacré pit-bull, et qui voulait mordre. Il en était là de ses réflexions, quand elle lui envoya un coup de genoux magistral, dont il se serait bien passé. Il se plia en deux, tombant sur les genoux, en se mordant la lèvre inférieure. Il aurait bien étripé cette petite peste, mais la douleur était bien trop grande, et elle venait de lui mettre un autre coup qui le sonna complétement. Elle ne s'arrêterait pas. Il tenta un instant de lui résister, de lui échapper. Il sentit son ancienne blessure à la tempe se rouvrir se rouvrir sous un coup de talon rageur.

Un cheval. C'était ce que cette fille lui évoquait. Un grand palomino rageur, qui broyait tout sous ses sabots. En surimpression, il voyait aussi en elle un stupide poulain noir effrayé, qui agitait ses dangereux sabots au dessus de sa tête. Meurtrier. Effrayé et écumant, tellement stupide. Une sale bête, un assassin. Cette vision le terrorisait. Il ne pouvait pas plus qu'il n'avait pu éviter les coups de sabot, il n'avait rien pu faire, rien pu changer. A leur rencontre avec ce poulain noir, leurs destins avaient étés scellés. A la cire rouge et chaude. Pour la première fois de sa vie, il avait eu peur de quelque chose. Un cheval brulant de rage, des sabots durs comme le fer. Et aujourd’hui, cette fille... Il laissa pleuvoir les coups sans se défendre.

Elle finit par s'en aller. La cire dans ses veines s'était figée, et sa violence s'était calmée. Il restait là, haletant sur le sol, cherchant à retrouver ses esprits. Elle lui avait passé la plus belle dérouillée de sa vie. Et elle allait le payer. Mais... pas tout de suite. Il était encore trop sonné pour se lever, et une douleur lancinante lui provenait de plusieurs endroits de son corps. Il ne savait pas qui était cette fille, ni ce qu'elle lui voulait. Il savait juste qu'un jour il se vengerait, et pas forcément sur elle. La souffrance des autres est bien plus dure à supporter que sa propre douleur. Ce n'était pas de la fureur, ou de la rage, qu'il ressentait. Plutôt un étrange détachement, une sensation de devoir. Il savait qu'il ne pensait pas clairement, mais ne pouvait s'empêcher de voir un lit blanc parfaitement bordé en face de lui. Il se dit que les coups dans la tête ne lui faisaient pas vraiment du bien.

Une partie de sa vision était masquée par le sang qui avait coulé de sa tempe. La blessure était superficielle, mais elle lui en rappelait une autre, qu'il n'avait jamais pu oublier, et lui donnait la nausée. Il passa le dos de sa main gauche contre son œil, tachant de s’essuyer, puis frôla doucement le point d'impact. Sans l'ancienne cicatrice, il aurait eu juste un bleu, mais l'ouverture de la vieille blessure ravivait des peurs bien ancrées. Il palpa aussi son nez, qui s'était arrêté de saigner, mais qui avait dangereusement enflé, en espérant qu'il ne soit pas brisé. Il fallait qu'il rentre chez lui et qu'il nettoie tout ça, avant que quelqu'un ne le voit. Comment expliquer alors qu'une minette en bottes de cheval lui ai aussi bien refait le portrait ? Il fit le tour des coups qu'elle lui avait mit. Mis à part son nez, il s'inquiétait aussi pour deux de ses doigts de la main droite, se demandant s'il ne les avait pas foulés en voulant se protéger le visage d'un coup.

Il avait mal partout, mais il se redressa en s'appuyant sur le mur, grimaçant de douleur. Elle ne l'avait pas raté. Son ordinateur était tombé au sol, et il le récupéra avant de sortir d'un pas hésitant du box. L'écurie était aussi déserte que quand il y été entré, et il en fut soulagé. Il jeta un regard furtif à l'extérieur avant de s'avancer dans la cour. Il la traversa rapidement et entreprit de rentrer chez lui, soulagé de ne croiser personne. Sa coloc' n'était pas là, et il l'en remercia mentalement. Le miroir lui renvoya une image pas belle à voir. Sa tempe ouverte avait arrêté de saigner, mais la zone autour s'était déjà couverte d'un bleu allant sur le violet, et son nez avait prit une salle teinte rougeâtre. Il lui fallait de l'eau froide. Il enleva sa chemise en grimaçant, et se pencha au-dessus de la douche, nettoyant son visage et profitant de l'effet de l'eau froide. Il finit par se déshabiller complètement et s'assit dans la douche, laissant l'eau couler sur son corps. Il était terriblement las. Il laissa l'eau couler, jusqu'à commencer à claquer des dents, puis finit par l'arrêter.

Il se leva lentement et entreprit de se soigner. Il avala dix granules d'arnica -sa mère avait toujours été une adepte de l'homéopathie- et lia ses deux doigts entre eux avec une bande. Il ne pouvait rien faire pour son nez qui le faisait durement souffrir et se contenta de mettre un pansement sur sa tempe. Il trouva dans ses affaires un sweat noir à capuche qu'il enfila, et termina de s’habiller. Il n'oublia pas de prendre une longue lanière de cuir et un couteau à cran d'arrêt. Il allait se venger. Cette fille était partie avec des chevaux, avec un peu de chance elle ne serait pas encore revenue à l'écurie, et il pourrait l'avoir là-bas. Il rabattit sa capuche sur son visage, masquant une grande partie de ses blessures, et tourna la clef dans la porte avant de sortir de chez lui, les mains enfoncées dans les poches. Il n'était peut-être pas en état de la battre, mais il ne savait pas qui était cette folle et s'il pourrait la croiser à nouveau un jour. C'était sa seule chance.

L'écurie était déserte et son canasson ainsi qu'un autre étaient absents. Il vérifia les boxes, mais il n'y avait personne à l'intérieur. Il commençait à comprendre pourquoi cette fille s'était acharnée sur lui, en voyant les deux chevaux absents. Elle devait être là quand il avait eu ce geste envers le petit cheval Pastèque, et avait dû remarquer l'écart de Blue Star. Ce n'était pas une folle, juste une imbécile amoureuse des chevaux. Il fut presque... déçu. Il s'appuya contre la porte de sellerie, attendant patiemment la venue de la jeune fille au vautour.

Finalement, la porte s'ouvrit. Elle était seule, avait surement conduit les chevaux aux pâtures. Il fit claquer sa lanière de cuir dans les airs, provoquant des légers mouvements de peurs parmi les chevaux dans les boxes. Il tenait son fouet improvisé de la main droite, du mieux qu'il le pouvait avec ses doigts bandés. Il avait comprit qu'elle ne parlait pas la même langue que lui, alors parla lentement, de façon à ce qu'elle comprenne, prenant un air menaçant et faisant siffler sa langue entre ses dents.

"Toi... Je sais pas qui t'es, mais tu vas payer pour ce que tu m'as fait. Tu vas me dire ton nom, et ce que tu fais dans le ranch. Et crois pas que je vois pas ton petit canif dans ta main. Essaye encore une fois de m'approcher, et tu pourras goutter à la brulure du cuir sur ta peau. Et crois pas que tu puisse te barrer. Tu les aimes trop, hein, ces canassons, pour les abandonner ici, seuls face à moi, n'est-ce pas ?"



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://versus.forumsactifs.net/
Faust Infrean

avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 24/04/2011

Dossier du cavalier
Âge:
Ton pouvoir:
Contrôle du pouvoir:
10/100  (10/100)

MessageSujet: Re: La cachette [Faust]   Lun 23 Mai - 19:00


Spoiler:
 

Faust s'y attendait. Il était là. Il ne semblait pas content. Il avait un fouet en main. La bouche de la jeune femme se tordit en un rictus mi-haineux, mi-satisfait. Elle n'avait pas prit le temps de le regarder avant de sortir, mais elle l'avait bien amoché.
Il fit siffler son fouet, lui arrachant malgré elle un mouvement de recul. Prudent, Santal recula et sortit de l'écurie. Griffon en revanche, se colla contre sa maitresse, comme pour la soutenir. Puis Il parla. Elle compris la menace. Elle avait peur. Mais si elle ne trouvait pas un moyen de s'en débaraser une bonne fois pour toute, il allait continuer à maltraiter ses protégés.
Faust se dressa de toute sa haute taille et croisa les bras sous sa poitrine, puis planta son regard couleur océan dans celui, noir comme le jais de son interloquteur.

"Je suis Faust Infrean. Palfrenière. Je ne cherchais pas à cacher mon couteau et je crains ton fouet, mais tu as vu juste, j'aime trop les CHEVAUX pour les abandonner à tes mains griffues d'affreux rat pouilleux. Je n'hésiterais pas à te tuer et à te livrer en pâtures aux coyotes et aux vautours si cela pouvait m'assurer que les chevaux ne risqueraient plus rien. D'ailleur, je serais même prête à t'entrainer dans la mort si c'était nésessaire. Compris, cher petit coq enduit de gel?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nathan Drake

avatar

Messages : 48
Date d'inscription : 30/09/2009
Age : 24

Dossier du cavalier
Âge: 21 ans
Ton pouvoir: //
Contrôle du pouvoir:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: La cachette [Faust]   Mer 25 Mai - 12:14

Le petit coq emplit de gel fronça les sourcils et serra les dents. Touché. Il avança d'un pas en faisant siffler son fouet improvisé pour la menacer. Il savait qu'elle n'avait pas vu grand chose, et que même si des rumeurs circulaient sur lui, rien était prouvé. Et cela faisait plusieurs semaines qu'il n'avait pas approché Blue Star, en prévision de la venue de ses parents. Cette fille n'avait rien contre lui. Il pouvait, non, il devait rester vierge de toute implication dans ces histoires de violence animale. Il changea son fusil d'épaule.

"Tu es donc une palefrenière, hein ? Ça te prend souvent de frapper les cavaliers du ranch où tu travailles ? Je vais te dire une chose, mignonne : Tu es folle. Une putain d'hystérique, ouais ! Voilà que tu me menace de mort, n'est-ce pas ? Non mais tu te crois où, là ? On est aux États-Unis d'Amérique, et je te signale que s'attaquer à des inconnus sans raison et punissable aux yeux de la loi. Je ne t'ai rien fait, tu n'étais pas dans un cas de légitime défense. Par contre, moi, je le suis, et je t'aurais bien arraché ta sale langue de vipère, si je n'avais peur de te tuer. Oui, tu vas payer pour ce que tu m'as fait. Ça te dirais de visiter les prisons du coin ? Peut-être que là au moins, tu pourras contenir tes accès de violence ! Oh, mais tient, que suis-je en train de voir ? Mon portable dans ma poche ? Ce serait drôle d'enregistrer cette conversation ! Oserais-tu encore me menacer avec ça ?"

Il avait sortit son téléphone et commencé à enregistrer la communication, en montrant l'écran à la palefrenière, le tenant à bout de bras. Il remit ensuite le téléphone dans sa poche. Il avait prévu de menacer cette fille, mais pas de cette façon là. En même temps, il ne savais plus comment réagir. Il aurait voulu la frapper, mais cela aurait signifier prouver ses dires. En faisant ainsi, il assurait ses arrières. Il ne fallait pas que ses parents soient au courant de sa violence envers les chevaux, c'était tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://versus.forumsactifs.net/
Faust Infrean

avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 24/04/2011

Dossier du cavalier
Âge:
Ton pouvoir:
Contrôle du pouvoir:
10/100  (10/100)

MessageSujet: Re: La cachette [Faust]   Mar 12 Juil - 9:22


Spoiler:
 

Faust dû faire un effort énorme pour ne pas reculer quand le fouet siffla. Il avait tapé juste et fort. Elle s'était emporté. Carressant le cou de Griffon en avallant sa salive, elle s'appliqua à garder un visage impassible: la jeune femme avait besoin d'accomplier cet exercice depuis son plus jeune age. Un visage impassible comme une falaise de verre était tout de même une de ses meilleurs armes. Faust écarta légerement les pieds pour éviter que ses genoux tremblants soient trop visibles. Elle inspira un bon bol d'air, respirant l'odeur de l'écurie pour y trouver son courage.

"Bien entendu. Tu enregistre? Je menace ouvertement ce monsieur de mort si il lève la main sur un de mes protégés. Voilà. C'est dit. La seule question qui subsiste est: tien-t-il absolument à ce que la nouvelle qu'il se soit fait démolir par une femme car il a frappé un cheval ce mette à circuler. Tu imagine? A la une du journal local: un cavalier du wildfire's ranch battu comme platre par la palfrenière. Maintenant, si tu voulait bien m'excuser..."

Faust se pencha vers Griffon pour le faire monter sur son avant-bras. Le vautour paraissait déçu. Elle le fit sortir de l'écurie pour qu'il aille se ballader et fit rentrer Santal dans son box en ignorant parfaitement l'autre cavalier.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La cachette [Faust]   

Revenir en haut Aller en bas
 
La cachette [Faust]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» un super site pour les mamans..... à lire en cachette !! lol
» cachette python 7/7
» recherche idée cachette
» Cachette apisto "naturelle"
» Ne sort plus de sa cachette après son repas

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Horse Dream RPG :: #_Espace flood :: Anciens RPs-
Sauter vers: