Partagez | 
 

 "Bientôt, notre nouvelle vie commencera"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Luna De Verdani

avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 03/06/2011
Age : 23
Localisation : Wildfire's Ranch

Dossier du cavalier
Âge: 17 Ans
Ton pouvoir: Insensibilité
Contrôle du pouvoir:
5/100  (5/100)

MessageSujet: "Bientôt, notre nouvelle vie commencera"   Lun 6 Juin - 19:04

La pluie tombait depuis au moins deux bonnes heures, et le vent soufflait doucement. Les fines gouttes clapotaient sur le sol trempé du jardin et tout le monde s'affolait dans la maison de campagne. Luna était encore à l'étage, dans sa chambre, se précipitant pour terminer sa valise. Linge de rechange, trousse de toilette, sèche cheveux et tout le bazar qu'une fille digne de ce nom se doit d'ajouter à sa liste d'accessoires IN-DI-SPEN-SABLE. Elle rangeait tout en ordre, dans une parfaite position, pour que tout y passe.
Pendant ce temps, son oncle et sa tante dévoués se battaient encore Edelweiss, qui refusait toujours de rentrer dans cet étrange couloir étroit et, dirait-on, inconfortable, froid et humide, qu'était le van. Ce pauvre cheval n'en avais jamais vu, et on ne l'avais jamais forcé à y entrer. Et puis, il ne faut pas oublier que ce monsieur est têtu et n'apprécie pas trop les contraintes. Pourtant, il y entra, au bout d'une demie heure de lutte acharnée.

" - LUNAAAAA !!! DEPECHE TOI, NOUS PARTONS !" s'exclama sa tante.

Prise de surprise, et de panique, Luna ne répondit même pas et dévala l'escalier, sa lourde valise trainant derrière elle, attrapa sa doudoune et se rendit dehors.
Tout le monde était là, ou presque. L'oncle, la tante, la soeur, le p'tit frère. Ils étaient tous installés dans la voiture, et attendaient impatiemment leur "star" du jour. Il était déjà 9h20, et son bâteau partirait à 14h pétante. Et la route serait plutôt longue d'ici au port.

Le paysage défilait devant le regard un peu anxieu de Luna. Avait-elle fait le bon choix ? Maintenant qu'elle partait vraiment, tout se chamboulait de nouveau dans son esprit. Pourtant, bientôt, ils arrivèrent à au port.

Quatorze heures piles, le bâteau quitta le port. Luna avait tendrement fait ses aurevoirs à sa famille, ils allaient tous lui manqué. Et elle ne manqua pas de leur dire de faire un bisou à Nolan, lorsqu'il le reverrait.
Edelweiss était toujours dans le van, un peu excité, installé dans une grande pièce du bâteau. Le voyage va être long et fatiguant.

Les heures passaient, passaient, le temps se réchauffait doucement et l'air devint très agréable. Enfin, le bâteau arriva a destination, et Luna du appeler un taxi. Du moins, un gars qui la dépannerait, ne possédant que peu de moyen en liquide étrangé. Une bonne vivante passa en voiture et s'arrêta net devant la jeune fille, debout derrère son van, rassurant son cheval.

" - Je sais que c'est dur Edelweiss, mais ne t'en fait pas, nous ne sommes plus très loin, et bientôt, notre nouvelle vie commencera."
* J'espère simplement que quelqu'un ai pitié de moi avant la nuit tombée ...*


Celui ci se contenta de taper du pied et gratter le sol tremblant du van.

La dame en voiture ouvrit la fenêtre, et questionna Luna, dans un français très soigné. Elle était coiffée d'une bonne grosse natte toute verte, et portait un ruban à fleurs autour de la tête. Drôle de look.

" - Hé ma p'tite ! Tu cherches quelque chose ? J'peux p'têtre t'aider ?" Demanda t-elle en souriant gaiement.

Luna fût surprise, elle n'avait pas vu ni entendu la voiture arrivée et s'arrêté à côté d'elle.

" - Ah heu, bonjour madame. En effet si vous connaissiez un taxi pour pas cher, je prend le nom tout de suite."

" - Où comptes tu aller ?"

" - Au Wildfire's ranch."

" - Bien sûr, suis-je bête ! C'est pas pour rien que tu trimballes ton canasson. Elle jeta un rapide coup d'oeil au van. Allez, attache moi cette grosse boîte au derrière de ma voiture, je t'y emmène."

Une légère grimace se dessina sur le visage de Luna, et lança un regard désolé sur Edelweiss. Il ne réagit pas. Finalement, elle attacha le van, et s'installa dans la voiture. Le trajet ne fût pas très long, et c'était tant mieux. La chauffeuse, bien que sympathique et extrèment généreuse, était bien trop curieuse, et sa voix aigüe mettait Luna sur les nerfs.
Ils arrivèrent enfin, tous sain et sauf, mais un peu énervé. Luna remercie la folle, et celle ci s'en alla, sans rien demander. Quelle gentillesse.

Luna ouvrit la porte du van et saisit lla longe d'Edelweiss. Il se pricipita à sortir et bouscula Luna, qui tomba à la renverse.

" - Bravo Edelweiss ! Lança t-elle avec un leger sourir. Je sais que ce voyage a été fatiguant et très stressant, mais nous sommes finalement bel et bien là. Bienvenu chez toi, chez nous."

Et elle resta assise à terre, observant tout ce qui s'étendait devant elle, dévorant des yeux le paysage, cette Amérique qu'elle ne pensait jamais voir un jour. Et si ce parking était poussiérieux et quasi desert, elle s'y sentait déjà merveilleusement bien. L'anxiété et les doutes firent place à l'euphorie et l'emerveillement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Manuel Valens

avatar

Messages : 199
Date d'inscription : 21/12/2009

Dossier du cavalier
Âge: 24 ans
Ton pouvoir: Prémonitions
Contrôle du pouvoir:
25/100  (25/100)

MessageSujet: Re: "Bientôt, notre nouvelle vie commencera"   Sam 11 Juin - 22:53

Les temps étaient durs pour Manuel. Il avait décroché un nouveau contrat avec sa troupe, ils s'étaient lancés dans un marathon infernal. Un spectacle quasi-irréalisable, c'était la première fois qu'on lui confiait le rôle d'un dignitaire nazi, et il n'arrivait vraiment pas à s'y faire. Pour la première fois de sa vie, il n'aimait pas son travail. Ce métier pour lequel il vivait depuis si longtemps le bouffait de l'intérieur. Il travaillait nuit et jour pour s'en détacher et accomplir son devoir de comédien, mais ça ne marchait jamais. Soit il n'arrivait pas à jouer parce-qu'il ne parvenait pas à abandonner sa personne au profit du personnage, et alors sa conscience lui rappelait les horreurs qu'il disait ; soit il prenait suffisamment de distance et alors, son jeu était plat et sans intérêt. Le pire pour lui était que ces longues heures passées à travailler sans relâche pour tenir ce rôle - il n'accepterait jamais un échec au théâtre - le tenaient éloigné du ranch. C'était ça le plus dur, ne pas pouvoir avoir le réconfort de sa petite jument blanche. Pour la première fois, son travail ne suffisait pas à son bonheur, il avait besoin de Malaya. Mais il ne pouvait la voir aussi souvent qu'il l'aurait voulu... Pour la première fois, il aurait voulu changer de métier. Pouvoir travailler dans le domaine du spectacle qu'il connaissait si bien, tout en emmenant sa jument avec lui. Comme avant... il en venait presque à regretter ces temps difficiles. Les spectacles avec Malaya... c'était devenu une obsession pour lui, rejouer avec elle. Mais avant cela, il fallait finir le travail commencé. Une rude tâche... et les représentations approchaient à grand pas. Quelle mouise ! Il tournait en rond dans son appartement, faisant une italienne de ce texte qu'il connaissait déjà sur le bout des doigts. La preuve, il faisait la vaisselle en le récitant, il le connaissait si bien qu'il n'en saisissaient même plus le sens. C'est pourquoi il s'enfermait dans l'italienne. Pour le jouer, il devait ressentir son texte, et il s'y refusait. Là était tout le problème. La seule chose qui le rassurait était qu'il n'était pas seul dans la troupe à avoir ce problème. Son coéquipier, qui dans la pièce passait sa vie à rédiger des lettres de délation, ne parvenait pas non plus à s'acclimater à ce rôle. Comme quoi même avec des professionnels aguerris, tout n'est pas possible...

Il avait besoin de changer d'air. Il savait que faire une italienne sans jouer ne l'avançait pas beaucoup dans ses répétitions - ça lui donnait juste bonne conscience. S'il n'avait pas eu cette fameuse conscience, il n'aurait pas eu de problème pour jouer ce rôle... en même temps il n'aurait pas été humain non plus. Mais l'était-il vraiment, humain ? Avec ce pouvoir qui lui permettait de pénétrer dans la vie intime des gens sans en avoir été invité ? Manu se dit alors que son problème de rôle venait peut-être aussi de ce souci plus profond, ce secret qui le bouffait depuis longtemps. Il ne voulait pas de ce pouvoir, il faisait de lui quelqu'un qu'il n'avait jamais voulu être. Et ce rôle, c'était la concrétisation de ce qu'il était vraiment. Et ça, il ne le supportait pas...

Il sortit précipitamment de son appartement et démarra sa vieille voiture européenne à vitesses manuelles. Il fila au ranch. Il savait qu'il ne devrait pas, qu'il devrait plutôt s'entraîner, les représentations étaient si proches... mais il ne pouvait plus supporter l'étouffante atmosphère de son appartement, où même la guitare ne parvenait plus à le détendre. Il arriva sur le parking du ranch en faisant crisser les pneus sur la terre battue, formant un nuage de poussière qui retomba bien vite - il avait plu un peu récemment. Temps morose qui accompagnait un mois de juin bien triste... Il était à peine sorti de sa voiture qu'une blancheur éclatante attira son regard. Malaya était là, le regardant de loin, l'air de dire "Eh bien, quand même ! J'ai cru que tu m'avais oublié !". Manu pouvait presque voir une moue indignée sur sa tête, à la simple position de ses oreilles. Il se mit à rire. Le directeur du ranch l'avait appelé dans la semaine pour lui dire que la jument posait bien des soucis aux palefreniers : elle avait trouvé le moyen d'ouvrir son box toute seule. C'était sûrement pour ça qu'elle flânait au ranch librement. Une sacrée maligne, c'était ce qu'il aimait chez elle, mais ça en agaçait aussi plus d'un. Finalement, Malaya arriva au petit trot et hennit avec puissance. Manuel crut au début naïvement qu'elle fêtait son retour - mais non, elle accueillait juste un nouvel arrivant. C'est alors que l'homme remarqua une jeune fille assise par terre avec son cheval, un sourire aux lèvres. Il s'éclaircit la gorge, désireux de se rattraper du fait qu'il ne l'avait pas vu avant, alors qu'elle était juste à côté.

" - Hem, bonjour. Je suppose que tu viens d'arriver ? Je te présente Malaya, la petite fouineuse qui arrive. "

Il sourit, la jument commençait à tourner autour du cheval, ce qui pouvait bien l'agacer, surtout qu'ils ne se connaissaient pas encore. Avec cette petite distraction, Manu en oublia de se présenter.

_________________

© Tim Flach
Malaya


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
"Bientôt, notre nouvelle vie commencera"
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Elodie notre nouvelle modo !
» Notre nouvelle arrivée non prévue :)
» Voici notre nouvelle recrue !!!! Tennessee Rock FGP
» Notre nouvelle chatte est TRÈS peureuse
» Bientôt une nouvelle Charentaise (17)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Horse Dream RPG :: #_Espace flood :: Anciens RPs-
Sauter vers: