Partagez | 
 

 Les ennuis recommencent ?! EVENT OUVERT A TOUS !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Steven Harrow
Directeur et admin
avatar

Messages : 253
Date d'inscription : 17/05/2009

Dossier du cavalier
Âge: 27 ans
Ton pouvoir: Pyrokinésie
Contrôle du pouvoir:
40/100  (40/100)

MessageSujet: Les ennuis recommencent ?! EVENT OUVERT A TOUS !   Ven 16 Jan - 22:42

C'était une nouvelle journée d'hiver pour Steven, le directeur du Wildfire's Ranch. Une tempête de neige était tombée la nuit dernière sur les Rocheuses, le ranch était blanc et rayonnait de luminosité : le calme après la tempête. Les températures étaient franchement négatives, mais le vent était tombé et le soleil était éclatant. C'était l'air pur de la montagne, ce froid qui dégageait les poumons et qui vous faisait sentir vivant. Steven adorait les lendemains de tempête, les paysages étaient à couper de souffle. Il partit très tôt ce matin là, avant la levée du jour. Il appela Sunny sur le Dos-d'Âne, son étalon le mena vers son troupeau. C'était toujours le chef de troupeau qui savait retrouver la moindre de ses juments... Steven vérifia qu'aucun cheval n'avait souffert de la tempête : lorsque l'épaisseur de neige devient trop importante, certains équidés n'arrivent plus à se déplacer et restent enlisés dans la neige. Il faut alors intervenir très vite pour les sortir de là, les alimenter et les faire bouger pour qu'ils se réchauffent... Autrefois, il avait quelques pertes chaque hiver, mais depuis qu'il inspectait le troupeau au complet après chaque tempête, cette vigilance assurait la sécurité de tous les chevaux. Le troupeau n'était pas très loin sur le Dos-d'Âne, comme souvent lors des jours de tempête, les chevaux se rassemblent près du ranch, là où ils trouvent le foin et les abris. Steven descendit de son cheval pour remplir le râtelier à foin à ras-bord : il était difficile, avec la neige qui était tombée cette nuit, de trouver de l'herbe sous l'épaisseur blanche. Il fallait gratter vraiment très fort, ce qui demandait beaucoup d'énergie pour chaque cheval : leur fournir du foin à volonté économisait leurs forces, et ils en avaient déjà perdu un peu dans le vent, c'était bien suffisant. Néanmoins, les chevaux paraissaient calmes et sereins. Ils étaient dispersés autour du foin et savouraient le soleil levant qui les réchauffait. Après s'être assuré que chaque cheval du troupeau était en bonne santé, Steven remonta sur Sunny, satisfait. Une fois arrivé près du ranch, il relâcha l'étalon qui se hâta de retrouver le troupeau sur lequel il veillait. Steven, lui, déposa le matériel à la sellerie et sortit dans la cour intérieure. La fontaine était gelée et de magnifiques stalactites s'étiraient de part et d'autre de la structure métallique. De la neige s'était déposée sur la glace, ce qui donnait un contraste blanc/bleu saisissant. Le soleil était bien levé à présent, et les lumières roses du ciel au petit matin commençaient à s'estomper pour un bleu plus franc. Steven sortit de sa poche son tabac à rouler et se prépara une petite clope. Il avait beaucoup ralenti sa consommation et se réservait à présent ces quelques moments pour des plaisirs ponctuels, comme admirer le paysage de sa contrée au petit matin, un lendemain de tempête. Il adorait cette vie, il commençait à croiser les quelques cavaliers qui arrivaient pour s'occuper de leurs chevaux le matin. Il les saluait joyeusement, tirant tranquillement sur sa clope. C'est là que les choses devinrent moins joyeuses.

Deux voitures arrivèrent, et à voir les modèles, ce n'était pas des cavaliers ni des amis. L'une portait une plaque du gouvernement fédéral, l'autre une plaque de la police d'Etat du Wyoming. Ca sentait pas bon du tout. Steven écrasa sa cigarette dans la fontaine, avant de la glisser discrètement dans la poubelle de la cour. Il était déçu d'avoir passer son pick-up râteau ce matin pour déneiger le parking. S'il ne l'avait pas fait, ça lui aurait éviter des visites désagréables... Deux personnes en uniforme sortirent de chaque voiture. Quatre flics de deux bords différents, c'était jamais une bonne affaire. Steven s'approcha d'eux et les salua, se présentant comme le directeur. Il avait l'habitude que les gens ne le reconnaissent pas, à cause de ses habits un peu débraillés, il n'avait pas une tête de directeur. Cependant, les fédéraux ne semblaient pas surpris, comme s'ils connaissaient déjà sa tête. C'était légèrement inquiétant. Lui en tout cas, n'avait jamais vu ces flics, même il y a quatre ans : c'était pas les mêmes. Un petit attroupement s'était formé dans la cour, les cavaliers curieux regardaient la scène à une distance respectueuse des protagonistes : ils ne voulaient pas d'ennuis, évidemment. Steven ne fit pas attention à ce rassemblement. Après la séquence présentation, les policiers demandèrent au directeur de venir au poste avec eux, ils avaient quelques questions à poser. C'est alors que Steven Harrow répondit avec une grande inspiration, d'une voix sonore pour que tout le monde participe.

" - Je n'ai rien à cacher à mes cavaliers, nous pouvons discuter ici. "

Les flics n'allaient pas faire les frileux, ils acceptèrent d'un air mal à l'aise. Des fédéraux et des flics mal à l'aise ? On avait jamais vu ça au Wyoming ! Les fédéraux commencèrent à parler. Et les ennuis commencèrent.

" - Steven Harrow, votre ranch a été le théâtre de phénomènes étranges en 2010, et votre communauté a subi plusieurs pertes. Nous avons récemment pris contact avec la police d'état ici présente, qui nous a montré un rapport d'incendie datant de 2009, dont les circonstances semblent également floues. Monsieur Harrow, vous êtes impliqué directement dans chacun des drames qui ont touché votre établissement depuis le début. Notre perquisition de ces dernières années ne nous a apporté aucune preuve matérielle, mais nous sommes convaincus que vous en savez beaucoup plus sur les meurtres qui ont eu lieu en 2010 que ce que vous voulez bien nous dire. Nous souhaiterions avoir des explications complémentaires, et nous avons hâte d'entendre votre version des faits. "

Steven resta interdit quelques secondes, abasourdi. Puis la colère commença à monter en lui, ce qui n'arrivait plus beaucoup depuis quelques années. Il sentait ses mains se réchauffer anormalement, ce qui n'était pas du tout une bonne idée. Il prit une profonde inspiration, ce qui l'aida à reprendre son calme, et ses mains cessèrent de bouillonner. C'était la meilleure ça ! Les flics et les fédéraux n'avaient jamais échangé leurs dossiers sur le ranch depuis le début ? Ils faisaient des enquêtes solo depuis le début, venant emmerder Steven deux fois plus souvent pour récolter les mêmes informations qu'il avait déjà livré à l'autre la semaine précédente. Et là, pour la première fois depuis le début des drames, les deux agences venaient enfin de partager leurs infos ? Et ils en profitaient pour venir le faire chier dans son ranch, à quatre au lieu de deux ? Quelle bande d'incapables ! Steven bouillonnait de l'intérieur : comment pouvaient-ils insinuer qu'il avait quoi que ce soit un rôle dans les meurtres de 2010 ? Est-ce qu'ils étaient aussi en train de l'accuser de la mort de son père en 2009 ? Il n'aimait pas ça du tout !

" - Je peux savoir ce que vous tentez d'insinuer ? Pensez-vous que j'ai un rôle quelconque dans les drames qui ont touché mon établissement ? Vous croyez franchement que c'était dans mon intérêt de semer autant de souffrance dans mon propre ranch ? Je vous ai dit tout ce que je savais lors de votre enquête, et je n'ai rien à ajouter ! Vous pouvez d'ailleurs demander à tous les cavaliers ici présents ce qu'ils en pensent. "

Steven s'emportait méchamment. Il avait rarement été si en colère, sa voix était forte et portait loin. Il se retourna vers l'assemblée qui s'était constituée autour de lui et des autorités, et lança d'une voix franche et assurée.

" - Pensez-vous que je suis un meurtrier ? "

Il gardait contenance mais sa colère était visible. Il parvenait pourtant à canaliser parfaitement son pouvoir, pour le moment. Les policiers et fédéraux se tournèrent vers les personnes présentes, cavaliers, personnel, gens de passage, visiblement à l'écoute des remarques que les gens avaient à faire. Ils attendaient une réaction, quelle qu'elle soit, c'était évident. Espéraient-ils que les gens ici présents allaient accuser Steven d'une quelconque responsabilité ? Qu'ils évoquent des phénomènes paranormaux ? Ou attendaient-ils simplement qu'ils soutiennent le directeur du ranch ? Steven en tout cas, n'avait aucune idée des réactions qu'il allait récolter, mais il s'en fichait pour l'instant : il était trop énervé pour penser aux conséquences.

_________________

I wanted to be free
But I'm chained.
I wanted to forget the past
But the fire came back.
I just want to find the peace,
I just want to fall in love...


Sunny Boy:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hayden Wile

avatar

Messages : 106
Date d'inscription : 27/08/2009
Age : 24

Dossier du cavalier
Âge: 23 ans
Ton pouvoir:
Contrôle du pouvoir:
35/100  (35/100)

MessageSujet: Re: Les ennuis recommencent ?! EVENT OUVERT A TOUS !   Jeu 22 Jan - 0:18

La tempête avait fait rage toute la nuit et pourtant Hayden n'y était pour rien. Depuis qu'elle avait apprit à gérer son pouvoir, elle pouvait apprécier chaque changement climatique avec recul. La neige avait virevolté sans arrêt et la brune avait passé une grande partie de la nuit à boire une tasse de chocolat chaud en regardant la tempête s'agiter. Elle avait tendu son esprit vers celui de la tempête mais était restée à l'écart, hors de porté d'un possible dialogue. Hayden était née avec le pouvoir de contrôler la météo. Sans contrôle sur la chose, les conditions climatiques étaient catastrophiques car s'enchaînant sans logique en fonction des humeurs de Hayden et la jeune femme finissait par se faire contrôler par les éléments. Mais avec contrôle, ce pouvoir lui permettait de changer le temps comme elle le voulait et quand elle le voulait, faisant succéder à une terrible tempête des jours entiers de soleil ou faisant éclater un orage dans la demi-heure suivant un temps plutôt froid. Contrôler le temps n'était, néanmoins, pas quelque chose de facile et si la brune gérait maintenant son pouvoir, elle continuait à se fatiguer plus vite que les gens normaux et lorsqu'elle baissait sa garde, ses émotions influaient sur les éléments. Une journée sous le soleil l'épuisait, bien que sans commune mesure avec l'état dans lequel elle était dans ces conditions quatre ans auparavant. Plus elle contrôlait son pouvoir et plus Hayden découvrait de nouvelles facettes du monde l'entourant. Le soleil était foncièrement mauvais, la pluie était douce et délicate, les tempêtes joyeuses et amusantes... Les éléments étaient l'inverse de ce que les humains prétendaient et Hayden s'amusait parfois à perturber le temps pour donner tord à X personne se prétendant météorologue. Généreuse malgré tout, Hayden avait toujours fait attention aux espoirs de ses amis et lorsqu'elle sentait que Steven ou un autre avait besoin du soleil, eh bien elle le convoquait, quitte à passer la journée à l'ombre.
En se couchant, Hayden utilisa son pouvoir pour que la tempête cesse au matin et offre au ranch une journée douce et agréable. Lorsqu'elle ouvrit les yeux, les rires joyeux de la tempête de neige avaient laissé la place au jargon répugnant du soleil et au souffle dépressif du petit vent. Les éléments avaient beau pousser la jeune femme à rester au lit, elle s'habilla rapidement, enfila ses bottes et fila à l'écurie. Steven étant visiblement passé avant elle, Hayden se contenta de caresser ses deux chevaux. Le temps étant, malgré les jurons du soleil, parfait pour aller faire une petite balade avant de s'occuper des autres, Hayden sortit les deux chevaux en se disant qu'elle proposerait à quelqu'un de monter sur Murmure. Faisant fi de tout ce qui l'entourait, Hayden se mit au travail et brossa puis sella ses deux chevaux pendant qu'ils mâchonnaient le foin, Mistral essayant évidemment de prendre celui de Murmure. Ce fut le vent qui, déprimé par l'arrivé de voitures le fendant sans difficulté, prévint Hayden indirectement. La cavalière leva la tête et, entendant des éclats de voix, sortit sous le soleil froid et vulgaire.

Steven parlait avec quatre hommes qui, d'après les conneries du soleil, allaient mettre le ranch à feu et à sang. Décidément, cet astre lumineux avait un sérieux grain à la place du cerveau. Cela étant dit, les quatre individus n'avaient pas l'air aimable et à voir la réaction de Steven, Hayden comprit vite qu'ils n'étaient pas venus conter fleurette. Le directeur se mit d'ailleurs rapidement en colère, affirmant qu'il n'avait rien à voir avec les meurtres et les problèmes vieux de plus de quatre ans. Décidément ces policiers n'avaient rien d'autre à faire ? Pour avoir croisé des policiers peu sympathiques et corrompus jusqu'au bout des ongles, Hayden sentit sa patience olympique se flétrir lamentablement. Pourquoi fallait-il toujours qu'on vienne gâcher son bonheur et sa vie quotidienne ? Et en plus de venir pourrir sa possible balade dans la neige, ces policiers accusaient Steven de meurtres et d'autres conneries. Steven ? Meurtres ? Si la situation n'avait pas été aussi sérieuse et tendue, Hayden aurait sans aucun doute rit à s'en fendre la gorge. S'il y avait bien un individu dans ce ranch qui n'avait rien d'un meurtrier, c'était bien Steven ! Hayden aimait énormément le directeur et c'est donc sans hésiter qu'elle se posa à ses côtés après qu'il eut demandé aux cavaliers s'ils pensaient avoir un meurtrier pour directeur. Non mais franchement... Depuis son retour au ranch, elle n'avait presque pas croisé Steven, trop occupée à droite et à gauche, mais les quatre années loin de lui n'avaient rien changé à l'amitié que lui portait Hayden.

« Messieurs, bonjour. Hayden Wile, monitrice et cavalière au ranch. Pourrais-je voir vos cartes pendant que vous accusez notre directeur de meurtre ? Oui parce que bon, la moindre des choses lorsqu'on accuse quelqu'un sans autre preuve que "notre sixième sens nous affirme que vous savez des choses", c'est au moins de se présenter. »

Souriante et aimable en apparence, Hayden laissa s'échapper un petit rire tranchant avec sa voix moyennement sympathique. Tout comme n'importe quelle américaine accueillant des flics s'amusant à remuer des cendres passées.

« A la question "est-ce que je pense le directeur de ce ranch capable de meurtre", je vous répondrai non. Et j'ajouterai même, si vous me le permettez, que vous perdez votre temps en venant ici pour le harceler. Loin de moi l'idée de vous apprendre votre métier, mais vous avez déjà cherché dans le ranch il y a quatre ans et vous n'avez rien trouvé. Et votre intervention a, en plus, conduit à la fermeture du ranch. Maintenant que le ranch rouvre, vous venez de nouveau ? Et pour quelle raison ? Parce que vous êtes sûrs que Steven en sait plus que ce qu'il dit ? Ho... Ça fait donc quatre ans que vous cogitez là-dessus ? Pardonnez-moi mais je trouve ça plutôt louche... Vous n'avez rien de mieux à faire que d'ouvrir une affaire vieille de quatre ans ? Ou alors vous rouvrez le dossier parce que quelqu'un vous l'a demandé ? »

Hayden n'était pas vraiment amie avec les policiers depuis trois ans et ces quatre là lui donnaient des boutons tant leur attitude lui paraissait déplacée. Hayden avait croisé pas mal de policiers et savait donc, à force, comment ne pas franchir la limite sans pour autant ne rien dire.

« Je trouve ça léger de rouvrir une enquête simplement parce que votre sixième sens vous dit quelque chose... Mais cela étant dit, si la seule chose qui vous perturbe chez Steven c'est le fait qu'il ait été là à chaque fois, fait complétement logique puisque c'est le directeur, eh bien je suppose que vous devriez m'accuser moi aussi de meurtres, non ? Après tout j'étais là aussi. Et je ne suis pas la seule. Mais, rappelez-moi, vous m'avez déjà interrogée, non ? Tout comme Steven, hum ? On vous a dit ce que nous savions, quatre ans ont passé et vous revenez. Encore. Vous allez encore continuer à vous acharner sur des innocents au lieu de chercher le vrai coupable ? Non parce que bon, revenir pile quand le ranch rouvre... avouez quand même que ça fait très harcèlement... »

Et de terminer avec un petit rire, comme si elle avait dit une blague. Mais non, Hayden ne blaguait pas. On payait ces hommes pour mener des enquêtes utiles, pas pour harceler un pauvre propriétaire de ranch incapable de tuer une mouche...
Tout du long, Hayden avait gardé un ton léger et un sourire aimable, désarçonnant d'emblée la possible agressivité des policiers. On attaquait son ami et Hayden réagissait normalement. Comme une humaine normalement constituée. Sauf qu'au loin, l'orage commençait à se former...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://weins-academie.forumgratuit.org
Gregory Hoffman

avatar

Messages : 39
Date d'inscription : 20/12/2010

Dossier du cavalier
Âge: 18
Ton pouvoir: controle de l'air
Contrôle du pouvoir:
15/100  (15/100)

MessageSujet: Re: Les ennuis recommencent ?! EVENT OUVERT A TOUS !   Ven 23 Jan - 23:43

Les tempêtes n'avaient jamais vraiment dérangé Gregory il y était habitué depuis qu'il était petit, la seule différence c'est que maintenant il pouvait passer sa nuit au chaud sans avoir à ce lever en pleine tempête faire le tour de l'élevage, lors des tempêtes vraiment forte il lui arrivait toute fois de dormir au ranch pour s'assurer dans la nuit que les chevaux n'avaient besoin de rien. Cette nuit là toute fois il ne le fit pas avec le retour des nouveaux élèves et la remise du ranch en états ses dernières semaines avait été rude et il avait encore besoin d'un peu de repos il arriva toute fois assez tôt pour faire le tour des box avant l'arrivé des élèves voulant s'assurer que tous les chevaux allez parfaitement bien il savait que leur cher directeur commencerait par faire le tour des prés. Il était encore en train de s'occuper des équidés quand l'agitation extérieur le tira de son travail le tout pour entendre Steven demander si quelqu'un le prenait pour un meurtrier, c'était quoi encore cette merde ? Il put donc assister à l'intervention d'Hayden et il eut quelques poussées de colère à son tour.

Quand il se décida à son tour à s'approcher pour intervenir les élèves même les nouveaux s'écartèrent sans qu'il n'ait à dire quoi que ce soit il était en colère, cet endroit était une sorte de sanctuaire, un endroit où être tranquille, être soit même et apprendre et voilà que quatre fouille merde bien lâche venait tenter de tout foutre en l'air, il s'installa donc près de ses collègues, il toisa les étranger de toute sa petite hauteur. Comme toujours quand il s'énervait son léger accent allemand devint plus prononcer rendant son élocution quelques peu agressive.


« Gregory Hoffman, palefrenier en chef, j'étais là aussi lors de tous les incidents, il me semblait que vos lois devaient protéger vos citoyens ? Et que pour venir les accuser ainsi chez eux il vous fallait des preuves ? Qui plus est venir à 4 est assez proche du harcèlement, non ? Ces affaires avait bien amoché la tranquillité de ce lieu et vous vous êtes amusé à la détruire entièrement forçant à sa fermeture, vous avez harcelé tout le monde à cette période là ne trouvant rien ! Et aujourd'hui vous venez recommencer ? Si vous n'avez rien trouvé à l'époque c'est qu'il n'y avait rien à trouver, ce que vous faite c'est de l’acharnement »

Il se força à respiré tranquillement sachant que son pouvoir commençait à s'emballer certes en ne touchant rien il ne prenait pas de risque, mais mieux valait prévenir que guérir, il se savait plus imposant en colère certaine fois il s'en était même demandé s'il grossissait pas sous cette dernière ou s'il donné un côté réel aux expression vert de rage et rouge de colère. Il fusilla toute fois les hommes du regard.

« Venir à quatre pour interroger un homme c'est un peu lâche non ? Ou vous comptiez sur la pression que cela peut exercé sur un esprit fragile ? Enfin ici c'est peine perdu. Vous avez terrifier nos pensionnaires il y a quatre ans et j'ai comme l'impression que vous êtes bien partit pour recommencer. »

Il fit craquer sa nuque qui malheureusement avait tendance à se bloquer sous la pression de ses muscles il recula toutefois d'un pas regardant les gens autour voir si quelqu'un avait à parler, il ne s'était jamais cru si volubile et avait dit plus en quelques minutes que ce qu'il disait parfois en une journée complète.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elena C. Barkley
Fondatrice et admin
avatar

Messages : 1548
Date d'inscription : 15/05/2009
Age : 24

Dossier du cavalier
Âge: 21 ans
Ton pouvoir: Contrôle de l'eau
Contrôle du pouvoir:
65/100  (65/100)

MessageSujet: Re: Les ennuis recommencent ?! EVENT OUVERT A TOUS !   Mer 11 Fév - 23:43

Elena revenait du paddock de Black. Elle avait passé tout un moment à travailler avec lui dans son environnement préféré, jugeant trop risqué de le faire sortir de là tant qu'elle n'était pas sûre d'avoir sa confiance et donc, de pouvoir le maîtriser en cas de frayeur ou de pétage de cable de la part de l'étalon... Depuis sa rencontre avec le petit garçon de l'autre jour - comment s'appelait-il déjà ? - Elena et Black avaient fait beaucoup de progrès. La jeune femme avait bien observé la posture, l'expression de visage et le regard d'Aristide pendant leur bref exercice, et elle avait essayé de reproduire cette espèce de placidité indifférente que le garçon avait eu. Elle y avait beaucoup réfléchi et, faute d'avoir eu le temps d'en parler avec Hayden - elle était très occupée depuis son retour - elle en avait conclu que son attitude enjouée était beaucoup trop démonstrative pour l'étalon. Certes, il lui avait manqué et elle avait hâte de rattraper le temps perdu, mais son élan d'enthousiasme effrayait sûrement Black... Elle avait bien essayé de se calmer, mais il sentait forcément ses battements de coeur et ses respirations accélérées lorsqu'elle était près de lui, espérant une réaction positive de sa part. Elle avait donc passé sa journée au paddock, en faisant des exercices de respirations pour retrouver le calme olympien nécessaire pour travailler son cheval. Elle alternait les exercices de respiration sur elle-même, dans le paddock, avec des exercices avec Black que Hayden lui avait appris il y a quelques années - et ils avaient vraiment bien fonctionné à l'époque. Et c'était toujours le cas aujourd'hui ! Après plusieurs heures passées à s'écouter mutuellement, Black relâcha enfin la pression et s'approcha d'Elena de sorte à la laisser pénétrer dans sa bulle protectrice. Il finit même par s'approcher suffisamment près pour déposer ses narines sur la poitrine frêle de la jeune femme, dans un mouvement apaisé. A cet instant, alors qu'Elena aurait pu bondir en sautant de joie, une pleinitude l'envahit et la plongea dans une extase planante et apaisante. Sa main se glissa naturellement sur le poil ébène de son cheval et se promena d'avant en arrière, longeant son chanfrein, contournant ses oreilles pour aller se perdre dans la crinière épaisse de Black. Ils avaient enfin retrouvé cette complicité d'antan, et elle allait pouvoir travailler plus sérieusement avec lui... S'il se souvenait demain des progrès effectués aujourd'hui ! Mais il avait bien droit à un moment de repos : Elena lui donna une carotte - mouvement de reconnaissance suprême, elle détestait donner des friandises à ses chevaux, elle trouvait qu'ils étaient ensuite menés par la bouffe et elle avait horreur de ça.

Elle s'éloigna doucement du paddock, sans geste brusque, lorsqu'elle entendit son ventre gargouiller. Elle ne savait pas depuis combien de temps elle était là, ni quelle heure il était, mais ça faisait bien longtemps qu'elle n'avait pas mangé. Elle se rendit dans la salle de détente du club-house, fouillant dans le réfrigérateur où elle trouva une barre de céréales périmée. En ouvrant l'emballage, le vide la surprit : le club-house était toujours plein à cette heure de la journée, en jugeait-elle par l'horloge suspendue au mur. En regardant par la fenêtre, elle distingua un attroupement dans la cour. Et des voitures teintées, ce qui n'était pas très bon signe. Elle sortit dehors, croquant dans sa barre de céréales. Elle prit la conversation en marche mais comprit très vite de quoi il s'agissait. Elle mâchonnait sa barre de céréales en écoutant les réactions successives, et sentait la colère monter en elle, comme un feu ardent - un feu quand même assez doux puisqu'elle pouvait l'éteindre instantanément si elle l'arrosait. Elle n'était pas du genre à s'énerver, mais elle avait une grande empathie et se sentait gagnée par l'indignation globale.

Après l'intervention de Gregory, un certain silence s'installa au sein de l'assemblée, et les autorités se balançaient d'un pied sur l'autre, l'air visiblement gêné. Il est vrai que le palfrenier en chef avait une carrure impressionnante et lorsqu'il s'énervait comme ça, ça n'était pas très joli à voir : on n'avait pas envie de le contredire. Mais après plusieurs minutes de silence, Elena décida de le briser de sa petite voix timide. Cela contrastait avec les réactions vives d'avant, mais c'était peut-être aussi plus propice à une argumentation crédible ? Quoiqu'il en soit, elle parlait de manière posée et espérait être prise au sérieux, malgré sa jeunesse.

" - Ecoutez Messieurs, je suis l'une des cavalières les plus anciennes du ranch et j'ai été très attristée par sa fermeture, autant que par les drames qui s'y sont déroulés. J'espérais que cette fermeture serait pour le bien des gens, pour nous protéger et pour trouver le coupable des meurtres d'autrefois, et vous revenez rejeter la faute sur Steven parce-que vous n'avez pas réussi à retrouver ce ou ces criminels ? Je ne comprends pas l'objet de votre visite. Steven a toujours été un directeur sérieux et responsable, il a commis des maladresses mais il a un bon fond et il serait incapable de faire du mal à une mouche. A moins que vous ne nous donniez une bonne raison de votre présence, comme des questions précises et fondées par exemple, il serait préférable que vous rebroussiez chemin pour nous laisser monter à cheval en paix. "

Nouveau silence. Elena jeta des coups d'oeil dérobés à gauche et à droite, elle n'aimait pas prendre la parole en public, surtout dans des situations tendues comme celle-ci. Elle fixait surtout Steven, essayant de voir si elle avait fait une bonne intervention, si cela allait l'aider, ou du moins s'il semblait vraiment affecté par cette visite...

_________________

                  « I'm the sea's spirit »
Spoiler:
 
Autre compte : Manuel Valens
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://horse-dream.superforum.fr
Steven Harrow
Directeur et admin
avatar

Messages : 253
Date d'inscription : 17/05/2009

Dossier du cavalier
Âge: 27 ans
Ton pouvoir: Pyrokinésie
Contrôle du pouvoir:
40/100  (40/100)

MessageSujet: Re: Les ennuis recommencent ?! EVENT OUVERT A TOUS !   Mer 18 Fév - 22:45

Steven n'était pas du tout inquiet : il n'avait rien à perdre. Quelles que soient les réactions des cavaliers et du personnel, ces sales flics ne pouvaient rien faire de pire que ce qu'ils avaient déjà fait au ranch. Alors, pourquoi prendre des pincettes avec eux ? Chaque personne présente le fit d'ailleurs remarquer. Et chaque nouvelle intervention touchait Steven en plein coeur.

Avec toutes les erreurs qu'il avait commises depuis le début de son travail ici, il n'avait jamais osé imaginer que les cavaliers et le personnel avaient une aussi bonne image de lui. Il ne se sentait pas digne de tous ces compliments... et surtout de tout ce soutien. C'était comme si les cavaliers et le personnel du ranch ne formaient qu'une seule et même personne, dont la voix était aussi forte que dix. Les paroles d'Elena lui allaient aussi droit au coeur, avec ce qu'il avait fait à Nirvana et le travail minable qu'il avait fait avec Black... il ne méritait pas franchement son pardon, et pourtant, elle ne semblait même pas lui en vouloir. Il lui adressa un timide sourire de remerciement. Son regard s'attardait aussi sur celui d'Hayden, il regrettait la relation fusionnelle qu'ils avaient eu auparavant, elle lui manquait beaucoup au fond. Malgré ça, elle n'osa pas à attaquer directement les fauteurs de trouble, sans tenir compte de leur rang et de leur pouvoir. C'était un acte de courage purement désintéressé, et Steven trouvait ça beau, tout simplement - il la trouvait belle. La colère du directeur s'était dissipée au fil des interventions successives, et lorsque tout le monde ou presque eut parlé, Steven n'avait plus rien à ajouter. Il se tourna donc vers les quatre diables, les interrogeant du regard et essayant de comprendre ce qu'ils allaient faire maintenant.

Il n'allait pas être déçu.


____________________



Les deux fédéraux échangèrent un regard entendu, exaspérés de s'entendre parler de cette manière par la populasse. Depuis quand les gens se permettaient-ils de leur parler comme à des chiens nuisibles ? Ils étaient là pour les protéger, ils n'en avaient donc pas conscience ? A moins qu'ils avaient eux-mêmes quelque chose à se reprocher ? Dans tous les cas, ils n'allaient pas se laisser insulter sans rien dire. La vérité était qu'ils avaient prévu une alternative, car ils s'étaient bien doutés que les cavaliers n'allaient pas être très coopératifs. Ici, dans l'ouest américain reculé, les mentalités étaient dures et la population généralement pas très accueillante pour les fédéraux de Washington DC. Alors ils prévoyaient toujours un plan B, pour réussir à obtenir ce qu'ils étaient venus chercher : ils n'allaient quand même pas faire le voyage pour rien ! Ce plan B, les fédéraux ne l'avaient pas partagé avec la police de l'Etat du Wyoming, mais ils n'avaient pas à le faire : juridiquement, rien ne les forçait à leur donner tous les détails de leurs investigations. Dans cette coopération en particulier, ils avaient échangé uniquement les informations essentielles. Ils n'avaient en revanche rien dit de leurs suppositions de phénomènes paranormaux... Autant parce-que ces informations étaient classées confidentiel à un très haut degré que parce-qu'ils ne tenaient pas à être pris pour des fous par la police. Le plus grand des fédéraux s'approcha de Steven et rompit l'espèce de no man's land qui s'était formé entre les deux "clans" : celui de la loi contre celui des sauvages. C'était une stratégie pour paraître plus accessible et pour essayer de mieux faire passer ce qu'il s’apprêtait à dire... C'était de la diplomatie, ou du moins une tentative.

" - Bien, puisque je vois que notre présence n'est pas souhaitée ici, nous n'allons pas nous attarder très longtemps chez vous. Puisque vous n'avez manifestement rien à cacher - et je vous crois sur parole - ça ne vous gênera pas que nous posions des caméras de surveillance dans tous vos locaux. Comme vous le savez sûrement, le Patriot Act nous donne le droit d'en installer dans toutes les installations ouvertes au public, pour mieux protéger la population des Etats-Unis d'Amérique. "

Le directeur avait un air déconfit, c'était assez comique à voir.

" - Est-ce que j'aurais un droit de regard dessus ? "

Trop drôle. Les deux fédéraux se mirent à rire à l'unisson.

" - Si vous vouliez avoir des caméras de surveillance pour avoir un regard sur votre établissement, il aurait fallu les payer vous-même. Ce n'est quand même pas le contribuable qui va s'en charger ! "

Les fédéraux ne laissèrent pas le temps aux gens de protester, ni au directeur d'ailleurs. Ils allèrent chercher le matériel électronique dans leur voiture et les deux flics leur prêtèrent main forte.


__________________



Steven était effondré. Il voyait ces rapaces fondre dans l'établissement auquel il avait dédié sa vie. Et il ne pouvait rien faire pour les arrêter. Bien sûr, il savait que le Patriot Act adopté après le 11 septembre 2001 avait enlevé un bon nombre de droits à la population américaine, au nom de la lutte contre le terrorisme. Aucune entreprise privée n'était à l'abri d'un espionnage fédéral, et il n'y avait même pas besoin de motif juridiquement recevable. Depuis le 11 septembre, ces lois étaient au-dessus du droit Américain et même du droit international. Par cette adoption, les Etats-Unis était devenu une sorte de dictature moderne, privant ses citoyens des droits fondamentaux à la liberté. Mais le gouvernement Bush l'avait fait passé sans aucune opposition à l'époque, et les gouvernements suivants n'avaient jamais songé à s'en passer : cela leur donnait trop de puissance, ils ne pouvaient refuser cette hégémonie.

Lorsque les fédéraux eurent enfin terminé leurs travaux, Steven était toujours resté de glace, pâle comme jamais. Il avait même perdu la force de se mettre en colère, tant il se sentait inutile et impuissant. Il les regarda partir. Ces vautours lui adressèrent un signe de tête et un sourire goguenard. Il les aurait bien fait cramer sur place s'il avait pu. Mais il savait qu'il aurait eu droit à un aller simple à Guantanamo...

La voiture noire s'éloignait, bringuebalant sur les routes chaotiques des montagnes. Steven se tourna lentement vers ses cavaliers, tentant d'y trouver courage et grandeur. C'était le moment d'avoir les mots justes.

" - Bien, ce qui vient ne se passer n'entrave en rien les activités que nous avons ici. Nous pourrons toujours continuer à monter nos chevaux et à nous entraîner dans la bonne humeur. Je m'adresse particulièrement à ceux qui ont des aptitudes particulières : vous devez à présent adopter la plus grande prudence dans les locaux du ranch. Je vous recommande par exemple de vous entraîner préférentiellement dans les installations extérieures ou dans les pâturages. Si un phénomène inexpliqué a lieu devant une caméra, je serais dans l'incapacité de vous protéger en temps voulu. J'espère que ça n'affectera en rien votre plaisir d'être ici... Je serais toujours là pour vous aider si besoin. "

Il ne savait pas trop quoi ajouter d'autre. Il regardait successivement chaque cavalier et membre du personnel présent, prêt à répondre à des questions ou à écouter des réactions.

_________________

I wanted to be free
But I'm chained.
I wanted to forget the past
But the fire came back.
I just want to find the peace,
I just want to fall in love...


Sunny Boy:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gregory Hoffman

avatar

Messages : 39
Date d'inscription : 20/12/2010

Dossier du cavalier
Âge: 18
Ton pouvoir: controle de l'air
Contrôle du pouvoir:
15/100  (15/100)

MessageSujet: Re: Les ennuis recommencent ?! EVENT OUVERT A TOUS !   Mar 28 Avr - 12:45

Gregory écouta les fédéraux alors que la moutarde lui montait au nez comment pouvait-ils osé en venir à ça ? Des histoires lui remontaient en mémoire des histoires qu'il avait toujours entendu, il aurait sûrement était plus sage de ce taire, mais il ne le fit pas, un Gregory énervé n'est jamais un Gregory sage bien au contraire quand ils passèrent à côté d'eux pour emmener leur matériel de malheur il ne put retenir son venin.

«  C'est étrange vous vous dites pays de liberté, mais là vous me faites juste penser aux heures sombre du nazisme avec les armes de notre époque, sauf que là votre cible c'est l'intégralité de vos concitoyens, si je n'étais pas aussi dégoutté j’applaudirais sûrement un tel tour de force. »

Il se rendit toute fois dans les écuries pour s'assurer qu'ils n'effraieraient pas trop les cheveux et pouvoir les calmer un peu s'ils s'agitaient trop, il ne serait tout fois pas contre que leurs têtes dures se laissent aller à une morsure, bien qu'il savait que pour la sécurité de l'animal il interviendrait sûrement avant, allez savoir ce qu'ils pourraient faire si ça venait à arriver. Quand les fédéraux quittèrent les écuries pour se rendre dans d'autre locaux il donna aux cheveux les plus stresser de quoi se calmer un peu, l'avantage de les nourrir étant qu'il était dans les bonnes grâces des équidés et avait un semblant de confiance de certains.

Une fois qu'il se fut occupés des bêtes il rejoignit le groupe tranquillement pour regarder partir les oiseaux de mauvais augure, il écouta Steven il ne semblait pas trop y croire. Il soupira, certains utilisaient finalement cet endroit pour s'essayer à leurs pouvoir, lui même en abusait bien souvent pour se facilité la vie, il lui faudrait donc faire maintenant bien plus attention.


« On est d'accord qu'un Kiosque ouvert est pas un local juste un abris ? Parce que du coup on pourrait en installer un dans un pré assez loin des locaux pour pas que les caméra le voient, prétendre que c'est pour permettre au cavalier surpris par une averse de se mettre à l’abri ou pour pouvoir se reposer et ainsi donner à tout le monde une structure pour pouvoir parler plus librement non ? Pourrait d'ailleurs y en avoir plusieurs, ils pourraient aussi y faire autre chose que parler »

C'était sûrement comme jouer avec le feu cette idée, mais il ne pouvait pas accepter de laisser tout le monde démuni face à ce coup du sort qui ne leur était pas favorable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hayden Wile

avatar

Messages : 106
Date d'inscription : 27/08/2009
Age : 24

Dossier du cavalier
Âge: 23 ans
Ton pouvoir:
Contrôle du pouvoir:
35/100  (35/100)

MessageSujet: Re: Les ennuis recommencent ?! EVENT OUVERT A TOUS !   Sam 16 Mai - 16:54

L'orage se formait lentement mais sûrement et déjà le soleil commençait à vomir des insultes. L'idée même que lui, astre splendide et lumineux, puisse se retrouver loin des projecteurs à cause d'un amas de nuages hyperactifs mettait le soleil hors de lui. Mais il ne pouvait rien faire car si Hayden intervenait pour changer le cours des choses, elle devenait surpuissante. Et si Hayden avait décidé d'évincer le soleil pour mettre en avant l'orage, eh bien le soleil se devait de se retirer dignement. Mais pas sans casse. Le soleil se mit donc à passer ses nerfs sur les seules choses se trouvant sous ses yeux : les humains. La température se mit à augmenter et l'atmosphère se tendit : le soleil se faisait de plus en plus présent et les peaux se mirent à rougir. Il allait se retirer face aux nuages attardés, certes, mais il ne le ferait pas sans laisser de traces ! Hayden n'intervint pas et s'excusa mentalement auprès des cavaliers qui allaient se retrouver couvert de coups de soleil, qu'ils aient mit de la crème ou non. Mais c'était pour une bonne cause, non ? Chasser les policiers et leurs laisser une trace de leur stupidité... un bon programme, non ?
La réaction de Hayden fut suivie par celles de Gregory et Elena mais les policiers ne semblèrent pas spécialement impressionnés. Ou du moins ils semblaient s'en tenir à un plan pré-établi, signe qu'ils avaient préparé le coup avant de pointer le bout de leurs nez. Nez que Hayden aurait bien fracassé si elle avait eu la folie et le corps pour le faire. Le temps se mit à changer et le soleil s'éloigna en pestant. Les nuages hyperactifs de l'orage se mirent en place et bientôt, la moiteur devint évidente pour tout le monde. Le temps avait changé mais Hayden l'avait fait de manière à ce que cela puisse passer pour quelque chose de normal. Déjà que ces policiers étaient inutilement méfiants, il ne fallait pas en rajouter une couche. Et puis ils sortirent leur carte spéciale : les caméras de surveillance. Enflures. Enfoirés. L'orage se mit à gronder et une fine pluie commença à tomber. D'ici peu, le tonnerre retentirait et Hayden n'était même pas sûre de vouloir prendre les rênes de l'orage pour le contenir. Les propos des policiers la mettait tellement hors d'elle que l'idée de les voir foudroyés par des éclairs l'attirait énormément. Pour qui se prenaient-ils ? Comment osaient-ils venir les espionner comme si le haras abritait quantité d'assassins ?!

« Pas étonnant que le taux de criminalité soit aussi élevé dans ce pays... Si tous les policiers sont comme vous, trop occupés à harceler les honnêtes gens, il n'y a rien d'étrange à ce que les vrais criminels s'en donnent à cœur joie... »

Hayden ne se donna même pas la peine de masquer le mépris dans sa voix. Qu'allaient-ils faire de toute façon ? L'arrêter pour outrage à agent ? Qu'ils essayent et elle les attaquerait pour violation de propriété privé et pour tentative d'intimidation. Pas sûr que ça fonctionne mais elle trouverait bien autre chose ! Hayden avait un ami avocat, il trouverait bien des choses à accumuler contre la police et la brune savait bien à quel point la police n'était pas spécialement populaire par ici. Et puis si jamais ils l'embarquaient, un éclair tomberait juste devant la voiture, ils auraient un accident, Hayden serait blessée et elle pourrait leur intenter un procès. La brune était tellement furieuse que l'idée-même de risquer sa vie ne l'effrayait pas. Pour chasser ces policiers, elle irait jusqu'au bout de la légalité, voir même dans l'illégalité après tout... Leur fichu Patriot Act n'était jamais qu'une saleté de loi inhumaine et liberticide. Face à des attitudes comme celles des policiers, Hayden finissait par se demander si les États-Unis étaient toujours aussi attractifs. Ne ferait-elle mieux pas de partir ? Et puis elle se rappelait qu'elle avait Steven, ici, et qu'elle aimait cette ambiance, cette atmosphère. Les policiers ne parviendraient pas à pourrir la réouverture du ranch, elle allait s'en charger personnellement...
Les pseudo forces de l'ordre finirent par partir et Steven tenta à sa façon de rassurer les cavaliers. Et puis ce fut au tour de Gregory de parler et Hayden ne put s'empêcher de hocher la tête pour montrer son accord.

« C'est une super idée, Gregory. Et puis si on a besoin de se rassembler précipitamment ou autre, on aura le temps avec nous. Faites-moi confiance pour ça. » Hayden sourit, se voulant rassurante « Comme l'a dit Steven, il ne faut pas se laisser impressionner par ce ramassis d'abrutis. S'ils s'imaginent pouvoir nous empêcher de faire ce qu'on aime et ce que l'on veut, ils se trompent. On aura juste à faire un peu plus attention mais on n'est pas stupides et on va le leur montrer. Qu'ils dépensent de l'argent pour rien, il y en aura bien pour se plaindre que cet argent est utilisé n'importe comment. Ils finiront par craquer... »

Les policiers s'imaginaient sans doute que les cavaliers allaient montrer leurs pouvoirs à tout va mais si c'était le cas, ils rêvaient. Les membres du ranch n'étaient pas nés de la dernière pluie et ils n'iraient pas manipuler des flammes devant les caméras ou se téléporter d'un lieu à l'autre en plein dans le champ de surveillance. Non. Ils continueraient à utiliser leurs pouvoirs mais de façon réfléchie et la police ne pourrait rien voir. Rien. Une longue guerre de tranchée s'annonçait et Hayden était prête à en mettre sa main au feu : les policiers allaient perdre.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://weins-academie.forumgratuit.org
Axel Brundi

avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 04/05/2015

Dossier du cavalier
Âge: 27 ans
Ton pouvoir: Prémonition
Contrôle du pouvoir:
5/100  (5/100)

MessageSujet: Re: Les ennuis recommencent ?! EVENT OUVERT A TOUS !   Ven 29 Mai - 8:40



Après la tempête
After a storm there is always sunshine
Tout commençait pour Axel et sa compagnie et pourtant tout allait peut être finir mais il n’en savait rien. Il était dans le box de Moon Shadow qu’il cajolait. Il essayait tant bien que mal d’avoir la confiance du poulain et que ce dernier accepte de lui laisser ses pieds mais rien à faire. Il était plus têtu qu’une mule et refusait de se laisser faire. Il soupira et continua à le masser, puis descendit jusqu’à la jambe et mit une pression que le pli du paturon. Shadow ne bougeant pas il poussa avec son épaule mais rien à faire, le poulain déplaçait juste ses hanches.

Patience est mot d’ordre dans le dressage de jeunes chevaux. Alors Axel recommença à nouveau le petit manège. Cette fois-ci, Shadow semblait s’être lassé du jeu et avec ses petites dents il pinça les fesses de son cavalier. Ce dernier éleva la voix et le poulain baissa la tête. Il ne fallait pas le laisser faire ce qu’il voulait non plus.

Mais conciliant, il laissa tomber le travail sur les pieds aujourd’hui. Je pris le licol et la longe qu’il mit autour du cou de Moon. Le poulain se laissait déjà plus faire avec ça car il aimait sortir du box et se défouler. Un crissement de pneus attira l’attira l’attention de Axel. Qui pouvait bien faire crisser ses pneus sur de la neige.

Il tira doucement sur la longe et sortit de l’écurie, Moon à ses côtés. Il était perturbé et ne rigola même pas lorsqu’il sentit le poulain glisser sur la fraîche neige. Il s’approcha de la voiture qui, à n’en plus douter, était une voiture de police. Il resta en retrait et regarda l’homme qui l’avait accueilli lui et ses amis, se rapprocher des policiers.  Axel et son poulain restèrent en arrière à observer la scène.

Le jeune dresseur entendit les policiers parler de meurtres. Meurtres…. Il mordit sa lèvre inférieur, avait-il bien fait d’accompagner ses amis ici ? N’avait-il pas commis une erreur en se fiant simplement à ses flashs ? Il fallait tout de même rappeler qu’il était bien ici depuis qu’il était arrivé. Il était parmi des personnes comme lui qui le comprenaient et qui vivaient les mêmes souffrances et doutes que lui. Il n’en avait pas à douter.

Puis une jeune femme brune à la peau blanche s’avança pour parler à son tour. Elle semblait calme et sereine et connaissait parfaitement la « police ». Il la regarda longuement, elle le convaincu que le directeur n’avait rien fait et il commença à se calme. A côté de lui, Moon grattait la neige, un peu impatient, pour trouver de l’herbe ou quelque chose à manger mais la seule chose qui en sortit fut son bout du nez complètement blanc.

Le suivant sur la liste était le palefrenier en chef apparemment. Lui, par contre, n’avait pas le calme de la jeune femme et ses mains tremblottaient sous la colère. A nouveau ce jeune homme conforta Axel dans l’idée que le directeur n’était pas un meurtrier. Il continua de regarder la scène tout en massant Moon. Masser son poulain au niveau de l’encolure permettait au dresseur de se  calmer et de vider son esprit d’ondes négatives.

Car oui, il avait peur. Si les policiers faisaient fermer l’établissement ou s’ils arrêtaient le directeur, Axel et ses amis devraient repartir sur les routes pour trouver un autre sanctuaire, si tenter que cela existe. Et repartir sur les routes, Axel ne le supporterait pas.

Une jeune blonde s’avança. Elle était plus timide et fluette que la brune néanmoins son témoignage eut de la poigne et elle aussi défendit avec vigueur son directeur. Axel sourit. Au vu des différents cavaliers n’hésitant pas à se mettre entre leur directeur et la police, il n’y avait pas de doute que l’homme accusé était non-coupable et qu’il était aimé de tous. Alors pourquoi la police ne reculait donc pas ?  

Finalement, après s’être longtemps regardés, ils décidèrent de partir mais pas sans lancer leurs marques. Ils installèrent des caméras de surveillance dans le bâtiment. Axel n’avait rien à craindre, en présence des chevaux son pouvoir ne s’activait pas et tout ce qu’on pouvait voir lorsqu’il avait un flash était son regard vide et un arrêt net de son corps puis tout recommençait. Rien de trop grave en soit. Mais Emma et Javier… Eux ce n’était pas pareil. A nouveau la lèvre inférieure du cavalier disparu sous les dents de ce dernier.

Les policiers disparurent et le directeur donna ses derniers conseils. L’homme prénommé Gregory proposa de s’entraîner sous le kiosque, Axel n’y avait encore jamais été mais la jeune femme brune décida sur le champ que ce fut une bonne idée. Le dresseur inspira profondément. Il en avait assez entendu et ne pouvait voir ses amis à des kilomètres, il fallait qu’il les prévienne.
© wild bird
   
   
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poke-valley.forumactif.org/
Steven Harrow
Directeur et admin
avatar

Messages : 253
Date d'inscription : 17/05/2009

Dossier du cavalier
Âge: 27 ans
Ton pouvoir: Pyrokinésie
Contrôle du pouvoir:
40/100  (40/100)

MessageSujet: Re: Les ennuis recommencent ?! EVENT OUVERT A TOUS !   Jeu 25 Juin - 0:38

Steven se tournait vers ses cavaliers, il espérait avoir réussi à les rassurer. Lui en tout cas donnerait toute son énergie pour préserver cet environnement calme et serein pour les cavaliers et particulièrement les irradiés, il ne laisserait rien ni personne mettre en péril son établissement une fois de plus. Les fédéraux étaient pourtant bien doués pour ça, mais ça n'allait pas se passer comme ça... Gregory réagit au quart de tour, mais Stev' bénit son intervention. Depuis que James Henderson était parti, Greg' était vraiment son bras droit et il pouvait compter sur lui en toute situation. Son idée de construire quelques abris supplémentaires dans les champs et dans les alentours du ranch était une idée parfaite.

" - On est tout à fait d'accord. On va construire des abris en bois où on mettra du foin pour les chevaux l'hiver. On va les faire assez grands pour que les cavaliers puissent s'y réunir pour s'entraîner à l'abri des regards. Ils n'iront pas mettre de caméra dans un abri pour chevaux, ce n'est pas considéré comme un bâtiment faisant partie de l'établissement. On va commencer la construction dès cette semaine, les cavaliers qui le veulent pourront donner un coup de main pour aller plus vite. On va en mettre un à Castle Rock et un à la peupleraie. On en mettra cinq sur le Dos d'Âne, éparpillés. On verra ensuite s'il y a besoin de plus. Si vous avez des suggestions, n'importe qui pourra passer dans mon bureau pour en parler. "

L'intervention d'Hayden fut elle aussi accueillie avec bonheur par le directeur. Elle était toujours de son côté et sa fougue ne lui enlevait jamais la pertinence de ses propos. Elle avait raison, comme toujours, et sa volonté à toute épreuve était communicative. Ils n'allaient pas se laisser faire, c'était certain, et la résistante secrète allait s'organiser rapidement... Steven était plein d'espoir pour la suite.

Les cavaliers se dispersèrent rapidement et Stev' se retrancha dans son bureau. Il rédigea une première note pour les cavaliers pour les prévenir de la construction des nouveaux abris dans les prés avec un appel à candidatures bénévoles. Il accrocha ce papier sur le panneau d'affichage, il n'y avait rien d'explicite mais il ne faisait aucun doute que les irradiés comprendraient l'intention. Les autorités voulaient l'enterrer, mais ils n'y parviendront pas. Les irradiés avaient trop de volonté et les fédéraux ne pourront pas les empêcher de se réunir pour développer leurs pouvoirs... aux risques et périls de ceux qui veulent les embêter.

_________________

I wanted to be free
But I'm chained.
I wanted to forget the past
But the fire came back.
I just want to find the peace,
I just want to fall in love...


Sunny Boy:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les ennuis recommencent ?! EVENT OUVERT A TOUS !   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les ennuis recommencent ?! EVENT OUVERT A TOUS !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» aliment (leo specific fkw) importé d'angleterre suspect ???
» Les clubs sont-ils ouvert à tous ?
» Feu de camp Mirandolien [ouvert à tous]
» Poulailler de style ''ouvert a l'air'' pour tous les climats
» Québec multiplants ouvert aux particulieurs 24 juin 2011

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Horse Dream RPG :: #_RPG - Le ranch :: 
La cour principale
-
Sauter vers: