Partagez | 
 

 ••• robìn lune fitzgerald

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Robìn l. Fitzgerald

avatar

Messages : 67
Date d'inscription : 26/05/2009

Dossier du cavalier
Âge:
Ton pouvoir:
Contrôle du pouvoir:
10/100  (10/100)

MessageSujet: ••• robìn lune fitzgerald   Mar 26 Mai - 17:19

Ton personnage
" Welcome at home "


    Nom : Fitzgerald
    Prénom : Robìn, lune
    Âge: 18 ans.
    Profession : ...?
    Date & Lieu de naissance : 21 juin 1990, Irlande.

    Histoire : Robìn vécut une histoire qui, sans être particulièrement banale, ne se détache pas non plus du lot, soyons en conscients. Née dans la demeure des Fitzgerald, et cadette de la famille, elle vécut bien, il faut le dire. Dès son jeune âge, on la berça de douceur et d'un esprit de famille particulièrement puissant. Son frère aîné, Jules, fut le premier à quitter la "bulle Fitzgerald", ce monde merveilleux où les chevaux accompagnent chaque membre de la famille. Les chevaux, c'est un détail important, car le haras et élevage appartenant à Arthur Fitzgerald, chef de famille, ne laissa indifférent personne au sein de la fratrie. Que ce soit Jules ou Robìn, tous deux furent considérablement changés par la proximité, ne serait-ce que la simple présence dans leur vie des ces impérieux animaux. Celui qui boulversa la vie de Robìn n'avait pas de nom, un entier sauvage tout simplement magnifique, plus noir que le charbon, plus ardent que la braise. C'était sa mère qui l'avait fait venir tout droit des plaines ibériques. Un cheval qui la hantait nuit et jour de la même façon que Jules était obnubilé par Rose, son poulain qu'il apprenait à connaître chaque jour un peu plus. A vrai dire, Robìn avait jalousé son aîné depuis l'instant où il avait trouvé son esprit frère, Rose. Si le warmblood était magnifique, sans aucun doute, la fougue et l'insaisissabilité du cheval sans nom n'avait d'égal aux yeux de la jolie brune. Elle fut assignée à l'entretien de l'étalon ibérique. Cependant, nul n'était parvenu à le monter, et elle même n'avait pas le coeur à tenter de domestiquer un tel animal. Lui ôter tout choix, toute volatilité lui était insupportable. Il était là pour assurer une descendance sans précédent, grandiose. Le sang de ses poulains serait imprégné de sa fougue, de sa vitesse, de ses allures et de son incroyable imposance, mais aussi de la docilité, de la douceur et des compétences techniques des meilleures poulinières du haras. Le tout dans un respect de la pureté de la race la plus parfaite. Chaque jour, elle s'occupait de lui, le longeait et l'observait tout son saoul lorsqu'il était au paddock. C'est ainsi que se créa une relation étrange entre les deux êtres. Robìn, qui l'admirait, lui, qui la respectait. Si aucun autre lien ne l'avait jamais liée aussi étroitement avec une âme, si elle n'avait jamais connu de plus intense bonheur qu'à ses côtés, elle goûta aussi à la plus atroce souffrance imaginable auprès de lui.
    La mère de Robìn venait de s'éteindre, et la brunette n'avait pas été là en cet instant, tandis que Jules et son père se tenaient à son chevet. Cela pourrait sembler cruel de la part de l'adolescente, mais voir sa mère dans cet état ne lui aurait sans doute pas été profitable. Au lieu de ça, elle se consolait comme elle le pouvait aux côtés de l'étalon sans nom, subissant cette épreuve d'une façon comme une autre. Elle faisait son deuil à sa manière, et lui avait déjà dit à dieu. Elle ne souhaitait pas s'infliger ça de nouveau. Ce fut ce même jour que, pour la première fois, elle chevaucha sur le dos de l'incroyable ibérique. Le bonheur fut sans précédent, la vitesse ahurissante, l'expérience exaltante. Seulement de courte durée.
    La colère de son père face à l'absence de sa fille, mêlée à une tristesse et à un desespoir qu'elle ne lui reconnaissait pas, lui fit faire la pire chose qu'il aurait put accomplir pour se venger de cette vie injuste. Robìn ne le vit pas avant que le couple Robìn/étalon sans nom ne soit plus qu'à quelques foulées de son père. Lorsqu'elle ouvrit les yeux, tout sourire, sur le dos de l'entier, elle l'aperçut. Ils étaient à cent mètres à peine, et cette distance serait rapidement franchie. Son sourire s'effaça brusquement. Elle le voyait, lui, son père ! debout, les joues ruisselant de larmes sâlées, un fusil de chasse qu'elle reconnaissait comme celui exposé sur le mur d'un petit salon du manoir. Il le tenait fermement, la crosse contre son épaule, le doigt sur la gachette, un oeil fermé pour pouvoir mieux viser... Elle n'eut pas le temps de crier à son père d'arrêter qu'un coup de feu retentissant emplis l'air d'une tragique atmosphère. Robìn sentit le corps puissant de son âme-soeur s'affaisser violemment, un hennissement impérieux s'échappant d'entre son être. Fier jusqu'au bout... Si elle avait mal, si elle s'était cassé le bras gauche dans la chute, ce n'était rien face à la douleur horrifiante qui lui déchirait la poitrine, plaie béante qui la faisait souffrir le martyre, comme si un trou s'était logé dans son buste, emplissant son coeur d'encre pour le faire etouffer, se noyer dans la brume et ce sentiment d'abandon qui vous fait tomber au fond du gouffre. Elle ne fut pas au chevet de sa mère lorsque celle-ci partit, mais s'était écroulée près de son frère, ami, confident, durant tout le temps que dura sa lente agonie. Aucune euthanasie, le somptueux, insaisissable animal était condamné à mourir comme les chevaux sauvages desquels il était l'ambassadeur, digne représentant de cette espèce libre et indomptable. Un seul hennissement lui avait échappé depuis le coup de feu, celui du choc. Il resta, durant sa montée langoureuse vers de plus vertes contrées, silencieux, observant fixement Robìn de ce regard qu'il avait toujours, profond, calme, indescriptible. Lorsqu'il expira, la brunette ne s'attarda pas, l'odeur désagréable du sang de son compagnon amplissant ses narines, son être. Elle se releva subitement, rugissant d'hors et déjà. Une haine, une rage sanguinaire bouillonnait en elle. Ses yeux, embués, n'avaient pourtant aucun mal à voir devant elle. La Belle harpentait chaque pièce de la maison avec une frénésie dévastatrice. Si le chagrin la poussait à agir, la rage, elle, l'y obligeait. Où se cachait donc son traître, son assassin, son démoniaque père ? Robìn hurla une nouvelle fois dans le manoir muet, grimpant chaque étage, fouillant chaque recoin, véritable cyclone qui détruisait la maison. Les meubles s'effondraient derrière la folie de son bras valide, de ses pieds agressifs. Les vases, les objets qui n'étaient pas fixes étaient soit cassés soit balancés à travers la pièce. Enfin, lorsqu'elle parvint jusqu'au grenier, elle trouva les hommes de la famille, Jules était à genoux par terre, tête basse. La curiosité ne la piqua pas et elle avança vers lui. C'est alors qu'elle le vit. Le corps de son père, l'odeur pestinancielle du sang. Encore du sang. Il n'était pas beau à voir, la tête éclatée par la balle de gros calibre de son fusil de chasse. La même taille de balle qui avait touché l'ibérique en plein coeur, l'une des balles qui l'avait achevée. Un grondement indigné échappa à Robìn. Elle se jeta sur le cadavre de son paternel, le frappant de ses poings, un gémissement de douleur retentissant dans le grenier lorsqu'elle frappait avec le poing gauche, agitant son bras cassé. " Tu n'avais pas le droit de faire ça ! C'était à moi, À MOI! de te tuer ! " s'égosilla t-elle, en larme, avant de se jeter dans les bras de son frère. Elle avait tout perdu, tout, en une seule journée. Ils avaient tout perdu...
    Les deux derniers Fitzgerald s'enlassaient, laissant leur désespoir s'écouler, leur larmes s'épuiser. Robìn sentit, à mesure que les minutes passaient, sa température augmenter, jusqu'à ce qu'elle entende Jules gémir et s'écarter vivement d'elle. Sa main s'était enflammée, entièrement dans ces vagues de chaleur qui lui léchaient la peau. Pourtant, elle ne ressentait aucune douleur. Une vague de colère, aussi intense que quelques minutes auparavant, la gagna, entâchant son coeur d'une triste démence. Le manoir s'embrasa peu de temps après.
    Jules partit très peu de temps après pour la France, dans un domaine équestre. Il lui avait proposé, seulement l'envie de Robìn n'était à cet instant pas à croiser le moindre cheval autre que l'incroyable Sans nom. Il lui fallut pas moins de six mois d'isolement, puis après un an à cotoyer un nouveau cheval, que la demoiselle décida de faire quelque chose. Il fallait qu'elle comprenne ce qui c'était passé. Comment avait-elle put survivre à de telles flammes? C'est ainsi qu'elle intégra ce domaine, laissant de drôles de rumeurs diriger ses pas.

    Caractère : Les mots ne sont jamais exactes lorsqu'ils sont employés à la qualification d'un être qui respire, qui vis. Pour espérer décrire psychologiquement à peu près correctement quelqu'un, peu importe qui, il faudrait un gigantesque paquet de feuilles, ou bien un mur infini sur lequel on pourrait écrire la personne. Seulement on n'a pas forcément cette place, ni même le temps pour. La façon de réagir d'un homme est très peu stable, ou prévisible ; la plus ennuyante et banale personne pourrait nous surprendre.
    Tout cela fait partie de la complexe antité qu'est l'esprit humain, incroyable outil aux innombrables secrets et mystères qui n'attendent qu'à être découverts. C'est ce qui fait la beauté de l'homme. Robìn est humaine. De ce fait, elle a hérité de ce don incroyable d'imprévisibilité. De ce fait, elle a hérité de la faculté d'éprouver des émotions. D'aimer. De haïr. Tout ce qui la constitue est de la constitution même de l'être humain. Ses sentiments sont vrais, même s'ils ne sont pas toujours montrés au grand jour. Sa vie elle même n'est pas entièrement dévoilée. Sa faculté à mentir est elle aussi dûe à son humanité, mais ne l'ayant pas assez pratiquée durant les 18 premières années de sa vie, elle ment très mal, horriblement mal.
    Têtue, jalouse, suffisante, critique, rancunière, bornée, sensible, faible, paresseuse, dépendante, imprévisible, gourmande, ambitieuse, énergique, amicale, subtile, irréfléchie, impulsive, influencable, naïve, candide, impressionable, irritable, peu ponctuelle, arrogante, orgeuilleuse, compétitive, magnétique, chieuse, entêtante, cynique, généreuse, désabusée, vraie, profonde, rêveuse, joueuse, douce, mélancolique, passionnée, souriante, menteuse (piêtre), maladroite, gaffeuse, sociable, extravertie, maline, espiègle, malicieuse, juvénile, patriotique, mutine, ardente, volatile, jeune, immature, enjouée, animée, imprévisible, observatrice, stratège, déterminée, persévérante, romantique, fonçeuse, pulpeuse, amusante, joyeuse, agitée, calme, créative, originale, inoubliable, communicative, résolue, énigmatique, impartiale, fidèle, volage, loyale, brisée, dynamique. Tous ces termes pourraient résumer la jeune Fitzgerald, qui pourtant pourraient s'écrire par bien d'autres mots encore.

    Physique : La silhouette fine, svelte et élancée, Robìn est tout ce qu'il y a de plus jolie. La demoiselle, du haut de ses quelques 1,70 m, arbore un corps parfaitement entretenu, aux formes élégantes, possèdant une taille fine et de longues jambes. Soyons honnêtes, elle est délicieuse. Ses yeux offrent une teinte ambre douce, mélange entre l'or et le caramel, teinte de marron qui s'apparente plus au sable qu'au noisette ; appuyés par un sourire peint sur son visage bien souvent à qui veut bien en profiter. Ses pommettes, légèrement rosées, lui donnent un air pétillant, fraix et joviale en tout moment de la journée ; et ses lèvres, pulpeuses à souhait, en laissent peu indifférents. Ses cheveux sont longs, retombant en une cascade brune jusqu'à presqu'au bas de ses omoplates.

    Pouvoir : La pirokinésie. En quoi pourrait-elle faire quoi que ce soit d'un tel pouvoir, si ce n'est peut-être d'allumer des feux de bois, des bougies ou des cigarettes? Robìn a déjà bien du mal à admettre être dôté d'une telle capacité, pour le moins... insolite. La raison la plus probable serait que son père ait été touché par Tchernobyl en 86, et ait ainsi retransmis le gène à sa fille - et non à son fils, celui-ci étant déjà né avant la catastrophe -. Cette hypothèse envahit de plus en plus l'esprit de Robìn, et la fait d'autant plus haïr son père, de lui avoir donné un tel fardeau. Et si elle ne parvenait pas à maîtriser ce don ? Ferait-elle brûler vifs tous ceux à qui elle tient ?



Ton cheval
"It's your life, you love it"


    Nom : Batman rocket.
    Description de son caractère : Pas exactement pareil, mais pas exactement différent de Robìn. C'en est même suprenant, qu'ils puissent s'apprécier comme ils s'apprécient. Ce fut pourtant assez long pour que leurs caractères, parfois les mêmes, parfois opposés, parviennent à s'amortir lorsqu'ils sont l'un face à l'autre. Pendant au moins un an, ils étaient constemment en lutte ; Batman virant sa cavalière, et Robìn s'entêtant à remonter sur son dos. Autant vous dire que Lune s'est pris un bon nombre de gamelles. Cependant, à force de remonter sur l'impulsif alezan, ils se sont fait à l'idée que nul n'abandonnerait. Ainsi, ils feraient en sorte de se respecter mutuellement. Cette 'idée', ou état d'esprit, ne s'est pas fait d'un claquement de doigts, c'est à force de se cotoyer et de se prendre la tête qu'ils ont finis par trouver un terrain d'entente ou ni l'un ni l'autre n'aurait à se soumettre. C'est ainsi que débuta leur lien de confiance étroite. Fougeux animal, il semble redécouvrir les racines de ses ancêtres sauvages, et désire comme gagner leur puissance, leur impéruosité. S'il n'est pas toujours facile avec son cavalier, il est pourtant impossible de ne pas se régaler en le voyant au pré, ou même un minimum en liberté. Vous oublierez tout ce qu'il aurait put vous faire subir, car en le regardant, vous ne verrez en lui que ce qui a toujours fasciné les hommes à travers les chevaux. Vous retrouverez la source de votre obsession pour ces divines créatures. C'est ce qui a fait que Robìn s'est entiché du bel entier. Cette redécouverte du cheval sans nom, mais avec un nom. Batman. Ils étaient fait l'un pour l'autre =P

    Description physique ou photographie :
    Depuis combien de temps le connais-tu ? : Peu de temps. L'incident s'étant déroulé il y a près d'un an et demi. Les deux accolytes se cotoient maintenant quotidiennement depuis un an.


et enfin... toi !
"Parce-que nous voulons te connaître !"



    Prénom/Surnom : hahaaa Cool
    Âge : 16 ans.
    Célébrité de ton avatar : Sophia Bush.
    As-tu pris un poste vacant ? Nan. | Comment as-tu trouvé ce forum ? Top-site. | Qu'est ce qui pourrait être amélioré ? réduire la largeur de la barre (messagerie, profil, etc.), pour éviter que le forum soit trop déformé ? =P | Niveau de RP: huum. 7/10 ? | Niveau de présence: 5/7 | Code règlement : [ok by 'Lena]


Dernière édition par Robìn L. Fitzgerald le Mar 26 Mai - 18:25, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ••• robìn lune fitzgerald   Mar 26 Mai - 17:20

Bienvenue à toi parmi nous, j'espère que tu t'y plaira Razz
Revenir en haut Aller en bas
Elena C. Barkley
Fondatrice et admin
avatar

Messages : 1548
Date d'inscription : 15/05/2009
Age : 24

Dossier du cavalier
Âge: 21 ans
Ton pouvoir: Contrôle de l'eau
Contrôle du pouvoir:
65/100  (65/100)

MessageSujet: Re: ••• robìn lune fitzgerald   Mar 26 Mai - 17:45

Bienvenue parmi nous ! Merci de ton inscription et bon courage pour la suite de ta fiche ! Préviens nous lorsque tu l'auras terminée ! Je me suis permise de mettre des majuscules à ton pseudo Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://horse-dream.superforum.fr
Robìn l. Fitzgerald

avatar

Messages : 67
Date d'inscription : 26/05/2009

Dossier du cavalier
Âge:
Ton pouvoir:
Contrôle du pouvoir:
10/100  (10/100)

MessageSujet: Re: ••• robìn lune fitzgerald   Mar 26 Mai - 18:25

Merci =)
J'ai terminé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elena C. Barkley
Fondatrice et admin
avatar

Messages : 1548
Date d'inscription : 15/05/2009
Age : 24

Dossier du cavalier
Âge: 21 ans
Ton pouvoir: Contrôle de l'eau
Contrôle du pouvoir:
65/100  (65/100)

MessageSujet: Re: ••• robìn lune fitzgerald   Mer 27 Mai - 11:06

Parfait tu es validée ! Magnifique présentation au passage =D

Tu peux commencer à RP, avec Greg ou moi, ou les deux, comme tu veux enfin y'a pas beaucoup de choix pour l'instant Sad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://horse-dream.superforum.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ••• robìn lune fitzgerald   

Revenir en haut Aller en bas
 
••• robìn lune fitzgerald
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» lever de lune et coucher de soleil
» Ipomoea alba, la " fleur de lune "
» La Demi-lune - Topic général
» Les Costauds de la Lune
» Simuler une "lune"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Horse Dream RPG :: #_Le commencement :: 
Présentations
 :: Présentations validées :: Présentations des cavaliers
-
Sauter vers: